DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Communiqué: « L’Espagne n’a jamais traité avec respect et dignité la Guinée équatoriale »

Par Le gouvernment de Guinée Equatoriale - 16/04/2014

La Guinée équatoriale a publié un communiqué officiel afin de répondre aux critiques des milieux politiques espagnols sur la venue du président Teodoro Obiang Nguema à Madrid

 

Malabo rejette ce qu’elle considère comme « insultant et dégradant », quand, par exemple, « l’honorable porte-parole du Parti nationaliste basque (PNV), M. Aitor Esteban, a reproché au président du gouvernement espagnol, M. Mariano Rajoy, d’avoir salué le président de la République de Guinée équatoriale, S. E. Obiang Nguema Mbasogo… » Compte tenu que le député a également reproché au Chef du gouvernement espagnol « de n’avoir pas prêté suffisamment d’attention à l’opposition politique équato-guinéenne » et en soulignant que « l’Espagne n’a des responsabilités qu’à l’égard des citoyens de la Guinée équatoriale, et non envers le gouvernement d’un pays qui n’est pas démocratique », le gouvernement de la Guinée équatoriale déplore que M. Mariano Rajoy ait répondu devant le Congrès espagnol que tous devaient chercher « une solution intelligente en Guinée équatoriale ».

 


© guineaecuatorialpress.com
Teodoro Obiang Nguema
En conséquence, Malabo tient à rappeler que depuis 1968 la Guinée équatoriale est un État souverain, et que donc « en tant que tel, n’importe quel autre État du monde ne saurait avoir aucune responsabilité ni envers son gouvernement, ni encore moins envers son peuple. » Le gouvernement équato-guinéen estime que le Parlement espagnol devait d’abord se soucier de la crise financière et du chômage qui cause à l’intérieur de l’Espagne d’importantes crises politiques et économiques. Plus incisif encore, le communiqué affirme que « cette attitude des hommes politiques espagnols ne surprend pas du tout le gouvernement de la République de Guinée équatoriale, étant donné que l’observation du passé nous montre que, depuis l’occupation de notre pays par l’Espagne en 1777, ce pays-ci n’a jamais traité avec respect et dignité la Guinée équatoriale. Dans ses relations avec la colonie africaine, la discrimination raciale et l’intérêt pour l’exploitation de ses ressources naturelles ont toujours prédominé… »

Menaçant à demi-mot de rompre les relations diplomatiques avec Madrid « au vu de ce traitement discriminatoire qui se poursuit et du rejet des institutions équato-guinéennes » et même d’abandonner la pratique de l’espagnol (« il ne serait pas insolite que la langue espagnole disparaisse en Guinée équatoriale, comme ce fut le cas autrefois aux Philippines »), Malabo s’interroge sur le type de « solution intelligente » que les politiques d’Espagne souhaitent apporter en Guinée équatoriale, et explique que si cette « solution intelligente » consiste « à soutenir des opérations d’invasions mercenaires, comme l’ont fait les gouvernements espagnols antérieurs, contre la stabilité de la Guinée équatoriale, avec le consentement de leurs institutions parlementaires, il faudra sûrement chercher un autre surnom pour la « démocratie espagnole »…»

 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués