NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |     AFRIQUE  |    

Malabo: l'avion présidentiel séquestré à Genève Aéroport

Par tdg.ch - 25/06/2018

Le Boeing de la présidence équato-guinéenne est bloqué à Cointrin depuis un an. La justice tarde à trancher.

 

Voilà un an qu’un Boeing 737, l’avion présidentiel de la Guinée équatoriale, est séquestré à Genève Aéroport. Jamais un appareil de cet acabit – 34 mètres de large – n’avait été cloué au sol aussi longtemps à Cointrin. Ses propriétaires africains doivent composer avec le rythme de la justice suisse.

Le 20 juin 2017, l’aéronef, avec à bord la première dame de cet État africain, se prépare à décoller quand l’Office des poursuites du canton l’en empêche. L’avion est arraisonné sur mandat d’Orange, le géant télécom français qui entend forcer la Guinée équatoriale à lui payer une grosse ardoise (ouvrant ainsi une instruction qui n’a rien à voir avec une autre affaire, pénale, menée par la justice genevoise contre le vice-président de ce pays, pour blanchiment).

 


© tdg.ch
Le séquestre de l’avion, accompagné de celui de la maison de l’ambassadeur de cet État à Cologny, ouvre une procédure technique. Le régime de Malabo, la capitale équato-guinéenne, s’oppose au séquestre dix jours plus tard. Une opposition acceptée par le Tribunal de première instance, la créance n’ayant, selon les juges, pas assez de liens avec la Suisse. Que Malabo ait signé avec Orange, à Genève en 2017, un accord pour le remboursement de sa facture (l’État s’engageait à lui payer sa dette de 135 millions d’euros en trois paiements) et que l’appareil se trouve sur sol helvétique n’y change rien, aux yeux des juges.

Fin de l’histoire? Non, l’avion reste immobilisé car les avocats genevois d’Orange font recours, en septembre. Un recours rejeté deux mois plus tard par la Cour de justice pour à peu près les mêmes raisons que celles invoquées au premier tour. Orange s’accroche avec un nouveau recours en décembre, auprès du Tribunal fédéral. Selon les avocats d’Orange, la justice s’appuie trop sur la jurisprudence et pas assez sur les lois en vigueur.

Le Tribunal fédéral, plus de six mois après avoir été sollicité, n’a toujours pas rendu son arrêt. Et l’avion demeure bloqué à Cointrin, où les frais de parking sont précis: 7 francs 50 par jour la tonne. L’appareil pesant autour de 75 tonnes, la facture, après douze mois, a dépassé les 200 000 francs. Le camp qui perdra devra payer. (TDG)

 

MOTS CLES :  Guinée Equatoriale   Avion   Cointrin   Genève 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

On recommence le FESPAM 2013 à Brazzaville
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEMALABO.COM

DOSSIERS

Dossiers

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués