International › APA

Afrique de l’Ouest : la lutte contre le tabagisme « doit être » une priorité (Cres)

Le directeur exécutif du Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres), Abdoulaye Diagne, a déclaré mardi 22 avril à Saly, à 80 km de Dakar, que la lutte contre la consommation du tabac doit être priorisée par les autorités sanitaires des pays ouest-africains en raison du nombre de décès annuellement enregistrés.Quelque huit millions de personnes dans le monde, dont 500.000 en Afrique et 700.000 non-fumeurs, meurent chaque année à cause des conséquences du tabagisme. C’est alors l’une des « grandes menaces actuelles pour la santé mondiale », a indiqué M. Diagne, notant que ce fléau « est plus mortel que la Covid-19 », la pandémie qui a causé près de six millions de décès depuis 2019. Il appelle dès lors les autorités publiques à prendre les mesures adéquates pour contrôler la consommation du tabac.

« De par son coût en vies humaines, le tabagisme doit être en tête de la lutte contre les fléaux sanitaires en Afrique », a souligné le directeur du Cres, à l’initiative d’un atelier national de deux jours où différents acteurs sénégalais et africains vont « réfléchir sur les contraintes administratives » pour la mise en œuvre des directives sur la fiscalité du tabac en Afrique de l’Ouest.

Par cette réunion didactique, le Cres cherche à créer une synergie d’action pour appuyer l’application des directives des organisations sous-régionales, notamment l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cedeao).

Cette dernière a notamment adopté en décembre 2017 une nouvelle directive visant à durcir la politique de taxation du tabac. Elle est « fondée sur un ensemble d’arguments théoriques et d’évidences empiriques » fixant « un taux minimum de taxe ad valorem de 50% et une taxe spécifique de deux centimes de dollar américain par tige ».

La taxation, un « levier important »

Par ailleurs, la représentante de l’Uemoa, Assa Kabo Sidikou, a souligné que l’harmonisation des législations est « un objectif principal » de son organisation. Si le fléau touche « en grande partie les jeunes », elle note que les femmes, surtout celles qui sont « enceinte » et leurs « nourrissons », ne sont pas aussi épargnées. Il urge alors de durcir la taxation du tabac, de l’ordre de « 100 à 150% », ce qui « pourrait être une (mesure de) dissuasion » pour les consommateurs, a-t-elle reconnu.

A ce niveau, le représentant du ministère sénégalais des Finances et du Budget a indiqué que son pays a déjà « transposé la directive de l’Uemoa avec une taxation de 65% » là où la recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) est de 70% sur les droits d’accises des prix de vente du tabac.

Quoi qu’il en soit, « le tabac entraîne un désastre économique dans les pays » au-delà du désastre sanitaire, a rappelé le représentant du ministère sénégalais de la Santé. Cependant, il a précisé que « l’autre défi » des Etats ouest-africains est de contrecarrer « les produits émergents » du tabac (chicha et autres) qui sont « en train d’envahir nos marchés ». Pour lui, les fabricants « ciblent nos enfants » aujourd’hui où l’âge d’initiation au tabac « est passé de dix à sept ans ».

L’officiel sénégalais a poursuivi son raisonnement en donnant cette image : « Si les maladies transmissibles sont un arbre, le tabac est le tronc ». Dans ce cadre donc, la taxation est l’un des meilleurs leviers pour « baisser la consommation », a-t-il signalé, citant la CCLAT, la Convention cadre sur la lutte antitabac de l’OMS. Par ailleurs, a-t-il préconisé, son activation dans les pays ouest-africains, par la mise en œuvre des directives régionales, devrait permettre de « financer d’autres maladies et d’autres secteurs ».


Commentaire

Bon plan
Publié le 06.05.2022

A la découverte de L’île de Bioko

Elle a été découverte en 1472 par les Portugais.  A une époque lointaine, cette L'île était un carrefour pour le troc et la vente d'esclaves…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut