International › APA

Arganier, numérique et lutte contre terrorisme au menu des quotidiens marocains

La journée internationale de l’arganier, les enjeux de la numérisation et la Réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech, prévue mercredi au Maroc, sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains de ce mardi.+Aujourd’hui Le Maroc+, qui s’attarde sur la journée internationale de l’arganier, célébrée le 10 mai, écrit que ce sera la première fois, puisque les Nations Unies n’ont proclamé et adopté cette date qu’en 2021, à l’initiative du Maroc où cet arbre constitue un « véritable patrimoine ».

“Célébrer l’arganier, c’est le protéger” certes, mais aussi “le développer et, pourquoi pas, le moderniser”, d’autant plus que les huiles et essences produites à base d’argan figurent aujourd’hui parmi “les plus rares, les plus recherchées et les plus chères aussi”, explique la publication.

L’agence créée il y a quelques années au Maroc et dédiée à l’arganeraie est donc loin d’être inutile: elle se trouve plus que jamais investie d’une mission de préservation, non pas d’une ressource, mais d’un arbre appartenant au patrimoine de l’humanité, estime le journal.

+L’Economiste+ écrit qu’à la veille de l’implémentation de la 5G, le Maroc “ne peut faire l’impasse sur la numérisation tous azimuts”, sauf que des défis majeurs sont à relever.

A commencer par le facteur culturel, la vulgarisation, l’éducation, la pédagogie… pour une meilleure inclusion sociale et une forte adhésion de la population afin d’exploiter le plein potentiel, explique le quotidien.

Autre enjeu stratégique, celui de l’indépendance et de la souveraineté numérique, ajoute-t-il, estimant que le défi est de veiller à “verrouiller” le stockage des données sensibles.

+L’Opinion+, qui aborde la Réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech prévue mercredi à Marrakech, écrit que loin d’être une “simple rencontre protocolaire”, cette réunion vient “consacrer la position du Royaume comme acteur majeur dans la lutte contre le terrorisme”.

Le choix du Maroc s’explique également par la montée en puissance d’organisations affiliées à Daech sur le plan continental, tant au niveau de la bande sahélo-saharienne, qu’au Sinaï ou encore en Afrique de l’Est, estime le journal.

En co-présidant cette réunion de la Coalition anti-Daech, Rabat a non seulement l’occasion de mettre l’accent sur le théâtre africain des opérations, mais peut également faire en sorte d’intégrer la composante politique et socio-économique dans l’arsenal de lutte contre Daech qui, contrairement à la situation au Moyen Orient, joue sur la carte économique pour asseoir sa domination et s’assurer un recrutement constant, ajoute-t-il.


Commentaire

Bon plan
Publié le 06.05.2022

A la découverte de L’île de Bioko

Elle a été découverte en 1472 par les Portugais.  A une époque lointaine, cette L'île était un carrefour pour le troc et la vente d'esclaves…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut