International › AFP

Birmanie: des groupes rebelles attaquent une école militaire dans l’est du pays, un mort

Des factions rebelles s’en sont pris pour la première fois à une école militaire jeudi dans l’est de la Birmanie, une attaque qui a fait au moins un mort et déclenché de nouveaux combats entre ces factions et l’armée birmane.

Au total, cinq attaques ont été perpétrées jeudi matin à Pyin Oo Lwin, une ville touristique près de Mandalay qui abrite plusieurs casernes.

Des voitures ont été incendiées et criblées de balles et des bâtiments en partie endommagés, d’après des images diffusées par les médias locaux.

L’Armée de libération nationale Taaung (TNLA), un des plus importants groupes rebelles dans le nord-est du pays, a revendiqué les attaques, indiquant qu’elles avaient été lancées en représailles à des opérations militaires.

Elles ont été montées en coordination avec d’autres guérillas ethniques, l’armée de l’Alliance démocratique nationale du Myanmar (MNDAA) et l’armée d’Arakan (AA), d’après Mai Aik Kyaw, porte-parole de la TNLA.

Le porte-parole de l’armée, le général de brigade Zaw Min Tun, a confirmé à l’AFP les cinq attaques, ajoutant qu’au moins un civil avait été tué et que deux membres des forces de sécurité avaient été blessés.

« Nous pensons qu’elles ont été perpétrées parce que la Tatmadaw (nom de l’armée birmane) a saisi plusieurs tonnes de stupéfiants il y a quelques semaines », a-t-il déclaré.

Cette région est devenue un des plus gros producteurs au monde de méthamphétamines. L’argent de la drogue alimente les conflits que se livrent depuis des décennies d’une part l’armée et les guérillas et d’autre part les groupes rebelles entre eux. Chacun essaye de s’approprier un maximum de terres et de ressources naturelles nombreuses dans cette zone.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut