International › APA

Coronavirus: le Sénégal en état d’urgence

Pas d'image

Le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, pour intensifier la lutte contre la propagation du coronavirus, a déclaré lundi soir, l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu.Pour stopper net le Covid-19 dans son pays, le président de la République est passé à la vitesse supérieure : « En vertu de l’article 69 de la Constitution et de la loi 69-29 du 29 avril 1969, à compter de ce soir à minuit, je déclare l’état d’urgence sur l’étendue du territoire national ».

Dans un discours à la nation retransmis en direct sur la Radiodiffusion Télévision Sénégalaise (RTS, publique), le chef de l’Etat a souligné que « la vitesse de progression de la maladie nous impose de relever le niveau de la riposte. A défaut, nous courons un sérieux risque de calamité publique ».

S’adressant à ses compatriotes, Macky Sall a martelé que « l’heure est grave ». Partant de là, il a indiqué que « le gouvernement, les autorités administratives et l’ensemble des services de l’Etat concernés prendront toutes les dispositions nécessaires à l’application sans délai du décret sur l’état d’urgence ».

En outre, le président Sall a « ordonné les forces de défense et de sécurité de se tenir prêtes en vue de l’exécution immédiate et stricte des mesures édictées ».

La loi sur l’état d’urgence confère aux autorités administratives compétentes un certain nombre de pouvoirs. Il s’agit entre autres de la réglementation ou de l’interdiction de la circulation des personnes, des véhicules ou des biens dans certains lieux et à certaines heures, de l’interdiction, à titre général ou particulier, de tous cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique, de l’interdiction, à titre général ou particulier, des réunions publiques ou privées de quelque nature qu’elles soient, susceptibles de provoquer ou d’entretenir le désordre et de la fermeture provisoire des lieux publics et lieux de réunions.

Toutes ces mesures drastiques sont « assorties d’un couvre-feu sur l’étendue du territoire national, de 20 heures à 6 heures. Une limitation, et au besoin une interdiction, sera imposée au transport de voyageurs de région à région », selon le chef de l’Etat.

Macky Sall, conscient qu’une course contre la montre est enclenchée, compte saisir « l’Assemblée nationale d’un projet de loi (l’)habilitant à prendre, pour une durée de trois mois, des mesures relevant du domaine de la loi, afin de faire face aux impératifs d’ordre budgétaire, économique, social, sanitaire et sécuritaire de la lutte contre le Covid-19 ».

D’un ton ferme, le président de la République a mis en garde son peuple : « Si nous continuons de faire comme si de rien n’était, le virus va se propager de façon encore plus massive et plus agressive. Et malgré leur dévouement, nos personnels de santé seront alors débordés et ne pourront plus contenir la situation. C’est le pire des scénarios ».

Par conséquent, le chef de l’Etat a appelé les Sénégalais à « une prise de conscience nationale sur la gravité de la situation,  à l’esprit citoyen et patriotique ».

Ces attitudes, d’après Macky Sall, doivent se traduire au quotidien par une limitation des « déplacements et des rassemblements » puisque « le virus ne se déplace pas de lui-même. Il circule à travers les personnes qui le portent, qui le déposent dans différents endroits et qui le transmettent ainsi à d’autres ».

Le président de la République, endossant son costume de chef suprême des Armées, a exhorté l’ensemble de la population à se mobiliser : « Ne laissons au virus ni la vie, ni nos vies.  Il y va de notre salut. Il y va du salut de la Nation ».



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut