International › APA

Côte d’Ivoire : la violence verbale de la classe politique inquiète avant la présidentielle de 2020

La ministre ivoirienne de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Mariatou Koné, s’est inquiétée vendredi à Abidjan de la résurgence de la violence verbale dans le langage de la classe politique ivoirienne à quelques mois de la présidentielle de 2020.«Les signaux qui proviennent de la classe politique avec la résurgence de la violence verbale soutenue par de graves propos injurieux et orduriers nous inquiète particulièrement. Ai-je besoin de dire que de plus en plus certains parlent de match retour, ai-je besoin de dire que de plus en plus  d’autres disent, c’est notre tour, ai-je besoin de rappeler que de plus en plus d’autres encore nous disent qu’on ne doit pas laisser. Mais diantre, hommes politiques, qu’est ce qu’il y a?  Hommes politiques de côte d’Ivoire, vous n’avez pas pas pitié des ivoiriens ? Au lieu de chercher les stratégies de combat, hommes politiques de Côte d’Ivoire, cultivez la paix, ayez pitié des ivoiriens», a supplié Mme Koné. 

Elle s’exprimait dans un discours délivré dans le quartier populaire de Yopougon dans l’ouest d’Abidjan à la faveur de la cérémonie officielle de célébration de la 23ème édition  de la Journée nationale de la paix (JNP) autour du thème, «Au-delà des mots, agissons ensemble pour un environnement électoral apaisé». 

« La  violence verbale précède toujours  la violence physique et malheureusement c’est cette violence verbale qui entrain de monter crescendo dans le langage des hommes politiques de Côte d’Ivoire. Les prémisses d’une prochaine crise postélectorale sont déjà là» a-t-elle alerté  exhortant pour ce faire,  les politiques et les ivoiriens en général à s’engager pour un environnement électoral apaisé en 2020. 

Selon Mme Koné, pour créer une atmosphère électorale apaisée, les hommes politiques doivent éviter les « comportements hypocrites » en jouant les « pyromanes-pompiers». Elle a conclu en réitérant son appel à la culture de paix estimant que « la haine n’est pas un programme de société ». 

Cette cérémonie de célébration de la JNP 2019 a été ponctuée par la décoration de plusieurs hommes de médias pour leurs actions en faveur de la paix dans le pays. Ainsi, au nombre de ces journalistes décorés, figure Lassina Sermé, le chef de bureau de l’Agence de presse  Africaine (APA) à Abidjan.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut