International › APA

Côte d’Ivoire: les étudiants appelés à se projeter comme des créateurs d’emplois

Des étudiants ivoiriens, formés mardi au leadership à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, ont été exhortés à ne pas seulement tendre la main à un employeur, mais se dire capables d’initier des possibilités de création d’emplois.

La formation dont le thème a porté sur « Les conditionnalités du leadership constructif et du développement personnel en contexte universitaire en Côte d’Ivoire », s’est déroulée du 2 au 6 novembre 2021, au Centre africain de management et de perfectionnement des cadres (CAMPC).

Le professeur Baha Bi Youzan, doyen de l’Unité de formation et de recherche  (UFR) des Sciences de l’Homme et de la société (SHS), a donné la quintessence de cette session dont la phase pilote, a réuni des étudiants de l’Université Félix Houphouët-Boigny, la plus grande du pays.

Selon M.  Baha Bi Youzan,  dans l’optique de l’ouverture sur l’extérieur, la Côte d’Ivoire a adopté après la réouverture des universités suite à la crise postelectorale de 2010-2011, le système LMD (Licence-Master-Doctorat).

Ce système de formation, dira-t-il,  vise à apprendre autrement et à « ne pas attendre qu’on vienne vous offrir un emploi ». Ainsi, l’université donne des armes aux étudiants pour se réaliser et dessiner des opportunités d’emplois. 

« Chacun de nous est un créateur potentiel d’emplois, au lieu d’être un employé permanent », a-t-il poursuivi, insistant que « le rôle de l’université est de nous donner les armes pour compétir avec les autres (dans le monde) et de nous prendre en charge ». 

De ce fait, « la formation du leader est aujourd’hui quel que chose de prioritaire dans tous nos curiculats » pour s' »adapter au changement ». Cette session vise à donner aux étudiants cooptés la capacité de se prendre en charge et de se forger, toute en prenant conscience de leurs atouts. 

Il s’agit de « faire en sorte que l’étudiant qui sort de l’université ne se considère pas comme un chercheur d’emploi, mais plutôt comme un créateur d’emplois », a déclaré professeur Baha Bi Youzan.  

Cela devrait permettre de donner « la capacité et la possibilité (à l’étudiant) de se forger et de permettre à l’environnement d’être adapté à lui-même et adapter l’environnement à sa capacité », a -t-il relevé.  

L’on s’interroge si les étudiants des sciences sociales sont capables de rentrer dans l’employabilité, mais « à partir de cette formation, nous sommes convaincus que désormais nos étudiants ne vont pas simplement tendre la main à un employeur mais peuvent aussi initier des possibilités de création d’emplois », a-t-il soutenu.  

« On nous a demandé désormais de créer des filières professionnelles, pofessionnalisantes ou professionnalisées, nous allons encourager les étudiants à s’inscrire vers ces genres de formation pour susciter en eux la capacité de créer des emplois », a-t-il poursuivi.  

L’Institut d’Ethno-sociologie (IES) de l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB), dans le cadre du Projet « Les conditionnalités du leadership constructif et du développement personnel en contexte universitaire en Côte d’Ivoire », a initié cette session. 

Cette phase pilote a pris comme « cas » l’UFR de Science de l’Homme et de la Société de l’UFHB. Elle a été organisée en partenariat avec World Association of Non-Governmental Organizations (WANGO), et a réuni des étudiants dudit institut.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut