International › APA

Economie et administration au menu des quotidiens marocains

Le secteur automobile, la transformation de la finance au Maroc et la problématique de la lenteur de l’administration sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce lundi.+L’Opinion+, qui s’intéresse au secteur de l’automobile au Maroc, notamment le segment électrique, écrit que bien que la vente des véhicules à motorisation alternative ait enregistrée, en 2021, une progression de 145%, cette performance se limite aux modèles hybrides avec 4.196 ventes contre 267 pour les électriques.

Pour la publication, le segment électrique reste très loin des tendances qu’il enregistre sous d’autres cieux, à cause notamment de la rareté de l’offre, des tarifs prohibitifs pour le pouvoir d’achat moyen et des mesures incitatives insuffisantes pour contrebalancer la cherté des modèles disponibles, sans oublier la lenteur des procédures au moment de passer commande et un réseau de bornes de recharge peu développé.

Le peu d’attrait des Marocains pour l’électrique ne serait donc pas dû à une barrière « idéologique », mais à une offre mal calibrée à leurs habitudes de consommation, estime-t-il.

+Aujourd’hui le Maroc+, qui aborde les enjeux de la transformation de la finance au Maroc, indique que les métiers de la banque et de la finance sont en train de muter vers le tout digital, une “aubaine” synonyme de plus de clients, de flux, d’activité et donc de business.

Certes, depuis trois ans, les autorités du secteur bancaire au Maroc ont clairement pris le virage technologique en lançant la stratégie d’inclusion financière au cœur de laquelle se trouve la composante digitale, relève l’éditorialiste.

Mais durant ces trois ans, la profession, notamment les grands acteurs de la place, a visiblement opté pour une implémentation très progressive, la prudence étant une marque de fabrique connue du secteur bancaire, note-t-il.

Aujourd’hui avec le retour d’expérience de deux années Covid marquées par la ruée sur les solutions digitales et l’arrivée sur le marché d’acteurs technologiques nouveaux, dont des opérateurs télécoms, le secteur bancaire n’a d’autres choix que de s’approprier lui-même et sérieusement la fintech au risque de se voir doublé, préconise-t-il.

+L’Economiste+, qui revient sur la lenteur de l’administration, tel que confirmé dans le dernier rapport du Médiateur du Royaume, souligne la nécessité de changer la « forte tension qui existe dans les rapports entre les citoyens et l’administration ».

Il y a certes des « soubresauts » de certains départements qui tentent de fonctionner autrement, mais d’autres « continuent à plomber les efforts”, à “donner le mauvais exemple d’immobilisme », à être « peu productifs », déplore le quotidien.

L’une des pistes que le Médiateur propose est d’adopter un texte législatif qui permettra à l’administration de présenter des excuses aux citoyens en cas de faute et de les indemniser lorsque la situation l’exige, rapporte-t-il.


Commentaire

Bon plan
Publié le 06.05.2022

A la découverte de L’île de Bioko

Elle a été découverte en 1472 par les Portugais.  A une époque lointaine, cette L'île était un carrefour pour le troc et la vente d'esclaves…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut