International › APA

Economie, immigration et législation au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce jeudi consacrent de larges commentaires aux nouveaux défis de l’industrie aéronautique, à la lutte contre l’immigration clandestine et au mémorandum du CNDH relatif à l’amendement du Code pénal.+L’Opinion+ écrit que e ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie verte et numérique Moulay Hafid Elalamy a placé la barre haute pour les investisseurs lors de la cérémonie inaugurale de la 5ème édition de l’Aerospace Meetings à Casablanca.

Malgré une croissance annuelle de plus 20%, un chiffre d’affaires de 17 milliards de DH (1 euro = 10,7 DH) et un taux d’intégration de 38% dépassant de loin les 32% visés par le Plan d’intégration industrielle, le pari n’est pas encore gagné.

«A ce jour, 38% des composants d’avions sont fabriqués au Maroc. Nous visons les 62% restant et surtout les réacteurs», a déclaré Elalamy invitant les 140 entreprises du secteur à revoir leurs objectifs pour monter en gamme et en puissance. II a d’ailleurs annoncé que le taux d’intégration à l’horizon 2020 sera porté à 42%, rapporte la publication.

+Libération+ indique que la brigade anti-gangs relevant de la police judiciaire de Salé, a arrêté, mardi après-midi, 23 candidats à l’immigration clandestine de nationalité marocaine, sur la rive du fleuve de Bouregreg à Rabat.

Les enquêtes et investigations effectuées dans le cadre de cette affaire ont permis l’arrestation des principaux individus impliqués, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, soulignant qu’il s’agit de sept individus, dont deux sont suspectés d’être les organisateurs de l’opération et cinq autres soupçonnés de jouer l’intermédiaire dans l’exécution de ces actes criminels.

Les opérations de fouille ont permis de saisir du matériel et des outils logistiques soupçonnés d’être utilisés pour des besoins de déplacement clandestin, poursuit la source, citée par le quotidien,

+Al Ittihad Al Ichtiraki+ rapporte que le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a adopté le mémorandum relatif à l’amendement du Code pénal « pour un Code pénal qui protège les libertés, et où sont pourvus les principes de légitimité, de nécessité et de proportionnalité des lois ».

Les recommandations du CNDH couvrent plusieurs domaines du Code pénal, notamment la non-prescription des actes de torture, la répression des traitements cruels, inhumains et dégradants, la lutte contre la disparition forcée, la criminalisation de l’incitation à la violence, à la haine et à la discrimination, indique le CNDH sur son site électronique.

En outre, le conseil prévoit la tenue de tables rondes avec les acteurs concernés et « espère que le Parlement assurera pleinement son rôle de moteur indispensable dans la consolidation de la démocratie et l’édification d’un État de droit où la volonté générale est exaucée ».

+Assabah+ croit savoir que les services de sécurité marocains ont haussé le niveau d’alerte et de vigilance juste après l’annonce officielle de la mort du leader de l’organisation terroriste «Daech», Abu Bakr Baghdadi.

Cette réaction des services marocains de la Direction générale de surveillance du territoire (DGST) s’inscrit dans le cadre de sa politique sécuritaire anticipative visant à neutraliser tout projet terroriste et à mettre hors d’état de nuire ses auteurs avant leur passage à l’acte.

Selon le quotidien, la DGST et les autres services de sécurité marocains ont toujours réagi par anticipation, chaque fois que des attentats terroristes ou de potentiels terroristes étaient sur le devant de la scène médiatique internationale ou continentale. Cette approche anticipative, expliquent les sources du journal, est de mise pour neutraliser tout réveil terroriste d’éventuelles cellules dormantes ou les réactions suicidaires des loups solitaires.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut