International › APA

Félicien Muhrir (h) et Agness Barossio (f), vainqueurs de la 16e édition du semi-marathon de Brazzaville

Félicien Muhrir du Rwanda, dans la catégorie des hommes et Agness Barossio du Kenya, chez les femmes, ont remporté la 16ème édition du Semi- marathon international de Brazzaville (Smib), courue mercredi à Brazzaville sur une distance de
21,100 km.Au terme de la course dont le coup d’envoi a été donné par le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’guesso, le Rwandais Félicien Muhrir a franchi la ligne d’arrivée avec un chrono de 1h 5′ 42 » et a empoché une somme de 2,5 million de FCFA. Son compatriote Mutai Cyrius, arrivé deuxième (1h5’29 »), a reçu une enveloppe de 2 millions de FCFA là où le troisième, l’Ougandais Toroitich Thimoty (1h8’36 »), est reparti avec 1,5 million de FCFA.

Chez les femmes, la kenyane, Agness Borossio,  auteur d’un chrono de 1h 12′ 23 », a également reçu pour sa première place 2,5 millions de FCFA là où sa sœur Stella Borossio, deuxième, s’est vu remettre 2 millions de FCFA. Troisième, l’Ethiopienne, Trunet Meshawi Fikiri, a empoché 1,5 million de FCFA pour un chrono de 1h 18′ 55 ».

Au niveau national en hommes, Eric Semba a réédité son exploit de 2018 avec un chrono de 1h10’32 » et il a reçu 2 million de FCFA.  Il est
suivi de Kouké Mael et Venzé Guelor, deuxième et troisième avec des chronos respectifs de 1h12′ 08 » et de 1h12’16 ». Leurs primes sont 1,5 million et 1 million de FCFA.

En version femmes au niveau national, la palme est revenue à Clem Mambéké avec un chrono de 1h 22′ et une prime de 2 million de FCFA. Elle est suivie par sa compatriote, Ossou Wakayi, qui grâce à un chrono de 1h 23 », a empoché 1,5 million de F.CFA. La troisième,
Mansoni Gerluchérie, auteur d’un chrono de 1h 24’18 », a reçu1 million de FCFA.

Cette 16ème édition du Smib a connu la participation de près de 680 athlètes dont 80 venus de plusieurs pays d’Afrique et de la diaspora.

La première édition du Semi -marathon international de Brazzaville (Smib) a été organisée pour la première fois en 2001, par le chef de l’Etat congolais dans le but de faire germer les valeurs du patriotisme et de faire la promotion de l’athlétisme au sein de la jeunesse africaine en général et congolaise en particulier.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut