International › APA

Gambie : campagne électorale, un cocktail de folklore, de tension et de peur

Entre « trahison » et « vengeance », la présidentielle gambienne du 4 décembre 2021 pourrait se résumer à un duel entre Adama Barrow et Ousainou Darboe, deux ex-frères et alliés que tout oppose désormais.La campagne électorale pour la présidentielle s’est déroulée dans une atmosphère largement carnavalesque, mais au-delà de cette façade réjouissante se cache un cocktail perceptible de tension et de peur quant à ses éventuelles conséquences. A quelques 48 heures du scrutin du 4 décembre prochain, les Gambiens retiennent leur souffle. L’issue de ce scrutin indécis fait craindre des lendemains incertains.

Le perdant aura-t-il l’élégance de reconnaître sa défaite face au vainqueur ? Doit-on craindre une justice des vainqueurs sur les vaincus ? Le plus petit pays d’Afrique, avec une petite côte qui s’avance dans l’Atlantique, a du mal à se débarrasser de la gueule de bois post-électorale qui a planté le décor pour quelques années acrimonieuses de transition vers une démocratie à part entière après 22 ans de règne d’un homme de poigne

Les souvenirs des cinq dernières années sont encore profonds. Les Gambiens ont la chair de poule en se remémorant la crise post-électorale déclenchée par la décision controversée de l’ancien président Yahya Jammeh de contester sa défaite électorale surprise en 2016 devant Adama Barrow. Une élection à laquelle n’avait pas pris part Darboe, leader incontesté de l’opposition d’alors, emprisonné et empêché de se présenter par Jammeh. Élargi de prison après l’avènement de Barrow, il sera membre du Cabinet du nouveau président qui s’était engagé à faire « seulement 3 ans sur un mandat de 5 ». Mais la mésentente entre les deux hommes s’installa quand Barrow décide d’aller jusqu’au terme de son mandat et même de briguer un deuxième. La rupture entre les deux alliés étaient consommée en mars 2019.

Duel Barrow contre Darboe

Pour cette présidentielle, Adama Barrow, âgé de 56 ans, est confronté à cinq autres prétendants à la fonction suprême, dont son parrain politique Ousainou Darboe, qui dirige le Parti démocratique uni (UDP). Les experts estiment que l’élection présidentielle, qui pourrait être la plus serrée de l’histoire, ne ressemble en rien à une simple formalité pour le président sortant.

De nombreuses questions contemporaines sur l’avenir de la Gambie sont en jeu dans cette élection cruciale où la vieille garde et les novices se voient rappeler les promesses de campagne ratées du passé. Les différents candidats ont profité des quatre semaines de campagne pour convaincre les électeurs avant le vote.

La campagne électorale s’est résumée à la politique des chiffres. Alors que la bataille de la mobilisation fait toujours rage entre les différents camps, les analystes prédisent une présidentielle serrée entre le Parti national populaire (NPP) de Barrow et l’UDP de Darboe. Le président gambien et son ancien vice-président sont considérés comme les favoris à cette élection présidentielle.

Les sondages placent Mamma Kandeh du Congrès démocratique de Gambie en troisième position, Halifa Sallah de l’Organisation du peuple pour l’indépendance et le socialisme (PDOIS) et l’avocat populaire Essa Mbye Faal pas très loin derrière, tandis qu’Abdoulie Jammeh du Parti de l’unité nationale est considéré comme un outsider.

En raison des attentes de toutes les parties, l’atmosphère de carnaval qui a prévalu pendant la majeure partie de la campagne électorale a été teintée de tensions, notamment entre les partisans des deux principaux favoris. En plus de se dénigrer mutuellement, le NPP et l’UDP se disputent la victoire avant même que les premières billes ne soient introduites dans le tonneau, une méthode de vote unique en Gambie introduite dans les années 1950 lorsque le pays était encore une colonie britannique.

A cette tension, qui a dégénéré à un moment donné en un échange d’injures entre Barrow et Darboe, s’ajoute la crainte latente de leur réaction si le résultat du vote ne va pas dans leur sens. Les apparatchiks du NPP et de l’UDP refusent d’envisager une autre issue que la victoire. Cela a attisé les tensions au sein de leurs bases de soutien bien établies. Des bases qui doivent parfois vivre dans les mêmes townships et qui, jusqu’à présent, ont dû se retenir de recourir à la violence à l’encontre de leurs rivaux vivant à côté.

Les partisans des deux camps se sont lancés des piques durant cette campagne. Ousainou Darboe qui considère Adama Barrow comme « un président par accident » tient une occasion de prendre sa revanche sur Barrow qui l’avait congédié en mars 2019 de son poste vice-président.

Jammeh, l’absent le plus présent

Les deux camps sont sûrs de gagner et refusent de reconnaître les chances de l’autre dans cette course à la présidence. Certains observateurs s’interrogent sur leur engagement en faveur du fair-play électoral soutenant que Darboe, opposant historique à Jammeh et Barrow sont-ils prêts à avaler la pilule amère de la défaite ?

L’ombre de Jammeh va planer sur ce scrutin. Exilé en Guinée équatoriale depuis sa chute du pouvoir en janvier 2017, l’ancien président gambien a lancé des diatribes qui n’ont pas contribué à apaiser les craintes du public sur ce qui pourrait résulter de cette élection.

Avec plus ou moins de succès, des « ambassadeurs de la paix » autoproclamés se sont succédé à la radio et à la télévision pour prêcher l’hymne de la maturité et de la retenue et calmer les nerfs déjà fragilisés par ce que l’avenir immédiat pourrait réserver.

Les enjeux sont également grands pour la Commission électorale indépendante, dont le président, Alieu Momar Njie, sous pression, est pris dans la mire des tensions qui précèdent l’élection la plus controversée de Gambie de mémoire d’homme. Njie a fait l’objet d’un feu nourri de la part du public, mais surtout en raison de ses antécédents en tant qu’arbitre principal des élections.

Beaucoup pointent du doigt sa révision controversée des chiffres des résultats de l’élection présidentielle de décembre 2016, qui a donné à Jammeh un prétexte pour mettre en doute sa défaite cuisante et contester le résultat, plongeant le pays dans un bourbier électoral pendant un mois.

La même gaffe s’est retrouvée dans les élections parlementaires et locales quelques mois plus tard, renforçant les soupçons du public quant à la compétence et l’impartialité de la CEI pour conduire les futurs scrutins. Ces doutes du public, comme une tache indélébile sur le manteau de la CEI, ont été difficiles à dissiper avant l’élection présidentielle du 4 décembre.

Le responsable de la communication de la commission, Mamakan Khan, a pris des mesures pour dissiper ce nuage de méfiance qui mine sa réputation de principal arbitre électoral de la Gambie. Il a déclaré que cette opinion défavorable de la CEI est injuste et imméritée compte tenu de ses antécédents dans l’organisation des élections précédentes. La première étant en 1996 à la fin d’une transition de deux ans après le renversement militaire par Jammeh du président civil fondateur Sir Dawda Jawara.

Sans aucune preuve, les représentants des partis ont accusé le patron de la Commission électorale de soutenir secrètement un candidat. Pour regagner la confiance du public, la CEI a annoncé qu’il y aurait un comptage des résultats sur place à la fin du scrutin dans les bureaux de vote et que des équipes de vérification seraient déployées pour les recompter afin d’éviter un scénario où les agents électoraux seraient submergés par les chiffres.

Cette mesure satisfera-t-elle toutes les parties du clivage politique ? Seul le temps nous le dira. Entre-temps, la police a publié une déclaration rassurant les Gambiens sur le fait que son personnel sera à la hauteur de la tâche pour assurer la sécurité et la stabilité avant, pendant et après les élections.

962.157 Gambiens, sur les 1,8 million d’habitants que compte le pays, ont été enregistrés par la CEI pour participer à ce scrutin présidentiel historique qui marque le début d’un cycle d’élections parlementaires et locales. Il y a 1.554 circonscriptions électorales réparties dans les 53 circonscriptions de la Gambie.

Une pléthore d’observateurs électoraux locaux et internationaux, y compris du Commonwealth et de l’Union européenne, sont présents dans le pays pour assister au scrutin.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut