International › APA

La célébration de la fête de l’indépendance en vedette dans les quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce lundi consacrent de larges commentaires à la célébration de la fête de l’indépendance.Sous le titre « Istiqlal », +l’Opinion+ écrit que la fête de l’indépendance est l’occasion d’honorer la mémoire et saluer la bravoure des résistants qui se sont opposés à la mainmise étrangère sur le pays.

C’est le jour où l’on célèbre le devoir de mémoire, pour que les nouvelles générations sachent que la liberté a un prix que les précédentes ont payé, ajoute le quotidien.

Pour lui, cette fête est le moment opportun pour dresser le bilan des réalisations enregistrées et des manquements constatés, depuis le jour où le pays a recouvert son entière souveraineté.

« L’examen des étapes franchies redonne toute son importance à la date célébrée », estime-t-il, faisant remarquer que le Maroc a encore besoin de l’abnégation et de la vaillance, pour poursuivre sur la voie tracée. « A chaque époque, ses défis, à chaque génération, sa lutte. »

Sous le titre « L’incarnation de la parfaite symbiose entre le Trône et le peuple dans la défense des valeurs sacrées de la Nation », +Le Matin+ écrit que le 64e anniversaire de l’Indépendance, célébré le lundi 18 novembre, est une occasion de se remémorer les sacrifices consentis par le peuple marocain pour le recouvrement de la liberté et la libération du Maroc du joug du colonialisme.

Le peuple marocain a sacrifié des milliers de ses fils durant sa lutte contre le colonialisme pour la défense de ses droits les plus légitimes. Mais le premier exemple du sacrifice reste celui de Feu Mohammed V qui, par sa foi inébranlable, sa détermination inflexible et son dévouement au service de son peuple, a accepté l’exil dans des conditions inhumaines, afin d’éviter à son peuple de subir les affres de la répression coloniale et de lui épargner les souffrances, rappelle la publication.

Le 18 novembre marque l’une des expressions du lien sacré entre le Trône et le peuple marocain et donne une image éloquente de la symbiose qui a toujours existé entre l’ensemble de la nation et le héros de la Libération, L’on ne peut en effet parler de l’anniversaire de l’Indépendance sans évoquer la glorieuse Révolution du Roi et du peuple, célébrée le 20 août de chaque année, qui s’est déclenchée lorsque les autorités coloniales avaient décidé d’exiler le symbole de la nation, Feu S.M. Mohammed V, souligne-t-il.

+Aujourd’hui le Maroc+ rappelle que plus de six décennies se sont écoulées depuis la victoire marocaine contre les forces d’occupation étrangères. Une victoire qui demeure toujours vive dans les mémoires de tous les Marocains. Si le Maroc célèbre chaque année cet événement avec la même vigueur, c’est principalement pour que les générations montantes puissent se rappeler les sacrifices consentis pour recouvrir l’indépendance du pays.

Une indépendance rendue possible par la lutte d’une Monarchie et un peuple en parfaite symbiose. Ainsi, c’est avec une grande fierté que le peuple marocain et la famille de la résistance et de l’armée de libération commémorent chaque mois de novembre la Fête de l’Indépendance qui symbolise le triomphe de la volonté du Trône et du peuple dans la lutte nationale pour la liberté et l’unité, écrit-il.

L’un des moments forts de cette libération fut sans nul doute le retour triomphal de l’exil de Feu SM Mohammed V, héros de la libération nationale, et de son compagnon de lutte, Feu SM Hassan II, ainsi que les membres de l’illustre Famille Royale. Alors que l’indépendance officielle du Maroc a été proclamée en 1956, la lutte pour cette indépendance avait commencé très tôt. Une lutte qui allait d’ailleurs franchir un nouveau palier dès les années quarante avec la présentation, le 11 janvier 1944, du Manifeste de l’Indépendance.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut