Eco et Business › Energie

La Guinée équatoriale informe la Chambre africaine de l’énergie de plusieurs nouveaux développements pendant la Covid-19

La Guinée équatoriale informe la Chambre africaine de l'énergie de plusieurs nouveaux développements pendant la Covid-19

La semaine dernière, la Chambre africaine de l’énergie a tenu une discussion bilatérale avec le ministère des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale, dirigée par SE Gabriel Mbaga Obiang Lima, aux côtés du directeur des Hydrocarbures, Robustiano Eyegue Ndong et NJ Ayuk, le président de la Chambre africaine de l’énergie.

La Chambre a cherché à comprendre l’état du secteur des hydrocarbures dans le pays et a été informée par le Ministre et le Directeur des plans immédiats et à court terme du Ministère.

La Guinée équatoriale a déplacé son programme de l’Année de l’investissement à 2021, avec des plans pour ajouter de nombreuses autres opportunités d’investissement et projets, tout en tenant compte des défis du Covid-19. Par exemple, le ministère poursuit son attention sur le secteur minier et prévoit de lancer de nouveaux projets miniers en 2021.

Le ministre a convenu avec la Chambre que le Covid-19 a été un grand perturbateur dans le secteur de l’énergie. La Chambre exhorte le gouvernement équato-guinéen à continuer de travailler avec les opérateurs pétroliers et gaziers pour trouver des moyens d’assurer la poursuite des opérations.

Le ministre a informé la Chambre que le développement rapide du projet d’unitisation d’Alen exploité par Noble Energy (tout juste acquis par Chevron) sera retardé jusqu’en 2021. Ce champ de gaz et de condensats riche en liquide est situé dans le bloc O, à environ 32km au large de la côte est de l’île de Bioko, en Guinée Équatoriale. Cependant, le projet de gaz de remblayage Alen dans EGLNG reste sur la bonne voie, le projet devant être mis en service au premier trimestre 2021.

Pressé sur l’approbation rapide de l’acquisition de Chevron de Noble Energy, le ministre a informé la Chambre que le ministère étudie actuellement la transaction en ce qui concerne la Guinée équatoriale et répondra en temps voulu en tenant compte du respect des lois et règlements du pays, ainsi que des instruments juridiques contraignants comme le contrat de partage de production.

Concernant le méga hub gazier, la Chambre a été informée que la Guinée équatoriale a engagé la société britannique Gas Strategies pour continuer à travailler sur un nouveau plan directeur gazier, car le ministre estime qu’il s’agit d’une étape importante vers l’élaboration d’un plan économique et équitable en temps opportun pour monétiser le gaz, et avec une vision claire pour avoir un méga hub gaz ancré autour de Punta Europa.

La Chambre salue le développement du gaz, car le GNL va changer la donne sur les marchés énergétiques locaux, régionaux et internationaux. Il met également la Guinée équatoriale dans la lignée des autres membres du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), dont la Guinée équatoriale est membre, lorsqu’il s’agit de monétiser le gaz.

Le ministre a indiqué que l’activité d’exploration est toujours en cours dans le pays, avec Kosmos Energy susceptible de procéder à une campagne de forage en 2022. En outre, Trident Energy a commencé une étude sismique 4D sur ses actifs du bloc G, qui contiennent les champs de Ceiba et d’Okume au large avec un potentiel de forage de trois puits en 2021.

Enfin, le ministère est engagé dans des discussions avec la société d’État vénézuélienne PDVSA sur les secteurs en amont et en aval.

« La Guinée équatoriale est un acteur pétrolier et gazier important et continue d’être un excellent partenaire pour faire progresser les relations avec les investisseurs tout en promouvant le contenu local. La Chambre se félicite de ce dialogue et nous restons attachés à davantage d’engagement avec les dirigeants africains de l’énergie, car cela est d’une importance vitale pour le secteur privé, » a dit NJ Ayuk

« La Chambre africaine de l’énergie, soutenue par des sociétés énergétiques de premier plan, est convaincue qu’en travaillant ensemble, nous garantirons des opportunités pour tous et nous engagerons franchement sur de graves problèmes avec les gouvernements africains. Ces conversations franches et sans restriction concernant notre industrie énergétique peuvent guider les gouvernements africains pour créer un environnement favorable qui soit efficace pour les investisseurs et les citoyens » a conclu Ayuk.

La Chambre africaine de l’énergie tient périodiquement des discussions bilatérales avec les gouvernements et les institutions sur les questions énergétiques en Afrique. Ces discussions sont importantes pour que les dirigeants et les investisseurs s’engagent dans des discussions sur les questions économiques et commerciales les plus importantes, y compris les investissements dans le pétrole et le gaz, le développement des infrastructures, le contenu local et les politiques habilitantes qui améliorent les opérations dans les pays.

Diffusion d’une information Réseau Financier, transmit par l’EQS Group.
Le contenu relève de la responsabilité de l’émetteur.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut