International › AFP

L’après-Merkel tourne au casse-tête en Allemagne

Le parti conservateur allemand doit dévoiler lundi qui il compte porter à sa tête et comment il envisage de préparer l’après-Merkel à l’horizon 2021. Une tâche compliquée par une crise interne sans précédent autour de son positionnement face aux extrêmes.

La présidente démissionnaire de l’Union démocrate-chrétienne (CDU), Annegret Kramp-Karrenbauer dite « AKK », doit donner des réponses en milieu de journée, au lendemain d’un cinglant revers aux élections régionales de Hambourg.

Dans la cité hanséatique, la CDU a été rétrogradée à la troisième place avec environ 11,5% des suffrages, l’un de ses pires scores de l’après-guerre, derrière des sociaux-démocrates à 37% et surtout des Verts passés de 12,3% à plus de 25%.

Face aux remous qui agitent le mouvement, le choix crucial du candidat à la chancellerie, avec de bonnes chances de succéder au pouvoir à Angela Merkel lors des élections législatives de fin 2021, devrait être reporté à la fin de l’année, selon les médias allemands.

Dans l’intervalle un président de parti devrait être désigné lors d’un congrès extraordinaire en mai ou juin. A moins que la CDU n’opte en faveur d’une présidence intérimaire collégiale rassemblant les principaux courants, pour éviter une lutte fratricide.

– Thuringe –

C’est AKK qui a accéléré le calendrier en annonçant le 10 février son intention de jeter l’éponge, après un peu plus d’un an seulement à la tête du parti.

Raison immédiate: une crise interne à la CDU déclenchée par la décision d’élus locaux de s’allier à l’extrême droite de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) dans la région de Thuringe, en violation des consignes nationales.

Plus fondamentalement, la ministre de la Défense n’est pas parvenue à incarner une relève crédible à la chancelière.

AKK voulait au départ aller vite. Son successeur devait être aussi intronisé candidat à la chancellerie du parti, afin qu’il jouisse d’une légitimité lui faisant cruellement défaut.

Mais choisir dès aujourd’hui le successeur désigné d’Angela Merkel aurait été difficilement compatible avec un maintien de la chancelière au pouvoir pendant encore un an et demi.

« Comment se débarrasser d’Angela Merkel? » devenue encombrante, résume ainsi le quotidien Bild.

Pour la présidence du parti, la CDU devrait avoir le choix entre deux partisans d’un coup de barre à droite, pour rompre avec la politique centriste d’Angela Merkel dans l’espoir de récupérer les électeurs tentés par l’AfD, et deux personnalités modérées.

Parmi les premiers on trouve Fredrich Merz, vieil ennemi d’Angela Merkel dont il a récemment qualifié le leadership de « défaillant », et Jens Spahn, étoile montante du parti.

Dans la deuxième catégorie figurent Armin Laschet, un baron régional, ainsi qu’un invité de dernière minute, Norbert Röttgen, ancien ministre de l’Environnement jadis écarté par la chancelière.

– ‘Auto-destruction’ –

Le choix préfigurera donc l’orientation future de ce parti qui domine la vie politique allemande depuis plus de 70 ans, mais voit sa base électorale s’éroder. Il ne recueille plus que 27% des intentions de vote, contre 23% aux Verts et 14% à l’extrême droite.

Car au-delà des personnes, la CDU doit urgemment clarifier son profil politique dans un paysage électoral de plus en plus morcelé, où les majorités deviennent à tous les niveaux difficiles à composer.

Le mouvement est secoué en interne depuis trois semaines par une crise sur la question des alliances avec les extrêmes, tant à droite qu’à gauche.

Jusqu’ici la CDU campe sur une ligne du « ni-ni », excluant les deux, qui a de plus en plus de mal à tenir.

Le débat a atteint son paroxysme dans la région de Thuringe à la suite de récentes élections marquées par une forte poussée de l’AfD, sans majorité claire pour gouverner.

Après s’être alliés à ce parti, avant de rentrer dans le rang face au tollé provoqué, les responsables locaux de la CDU ont brisé vendredi un autre tabou politique en acceptant de tolérer un gouvernement minoritaire dirigé par la gauche radicale, Die Linke, héritière du parti communiste est-allemand. Nouveau tollé et rappel à l’ordre de leur direction nationale.

L’hebdomadaire Der Spiegel parle d’une « auto-destruction de la CDU » à l’oeuvre, à l’heure du crépuscule de l’ère Merkel, d’un « parti sans direction, sans centre stratégique ».

« Parti hors de contrôle », grince également Bild.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut