International › AFP

Législatives au Kosovo: l’opposition fait chuter les « commandants »

Les électeurs ont sonné l’heure du changement au Kosovo, plaçant l’opposition en tête des législatives dimanche et infligeant une lourde défaite aux anciens chefs de la guérilla après une décennie de pouvoir.

Durant ces dix ans, le pays s’est enfoncé dans une profonde crise socio-économique sans obtenir une pleine reconnaissance internationale de sa souveraineté, la Serbie refusant toujours de reconnaître l’indépendance proclamée en 2008 par son ancienne province majoritairement peuplée d’Albanais.

« L’heure est venue! L’heure est venue! », a lancé dans le centre de Pristina le leader de la gauche (Vetevendosje), Albin Kurti, à ses partisans devant qui il s’est présenté dans les habits de « Premier ministre du Kosovo ».

Après le dépouillement de près de 95% des votes, son parti (25,81%) devance de justesse l’autre grande formation d’opposition, la LDK (centre droit, 24,95%), à bonne distance des deux principales composantes de la coalition au pouvoir, le PDK du président Hashim Thaçi (21,27%) et l’AAK du Premier ministre sortant Ramush Haradinaj (11,5%). La commission électorale devrait annoncer lundi les résultats officiels avant d’éventuels recours.

Privé de la majorité absolue des 120 sièges à pourvoir (dont dix pour la minorité serbe), Albin Kurti, 44 ans, va s’employer à trouver un accord de coalition avec la tête de liste de la LDK, Vjosa Osmani, 37 ans.

Mais les partisans souvent très jeunes de l’ancien leader étudiant n’ont pas attendu pour scander le nom de leur héros, opposant de la première heure à la tutelle de Belgrade sur le Kosovo, devenu farouche pourfendeur des « commandants » et notamment d’Hashim Thaçi. En campagne, il avait prévenu qu’il demanderait le départ de son vieil adversaire sans attendre le terme de son mandat en 2021.

– Crise économique et corruption –

La cheffe de file de la LDK, Vjosa Osmani, s’est dite « prête à discuter » d’une alliance afin de « pousser dans l’opposition les partis qui ont mené le Kosovo » jusqu’à présent.

Après avoir mené la lutte de la guérilla contre les forces serbes (1998-99, 13.000 morts), les « commandants » sont rendus responsables par une grande partie des 1,8 million d’habitants (dont plus de la moitié ont moins de 25 ans), du chômage qui touche un quart de la population, d’une corruption et d’un clientélisme endémiques, de services publics désastreux.

Les nouveaux dirigeants du Kosovo seront confrontés à un double défi: ne pas décevoir la population mais aussi répondre aux exigences des Occidentaux qui attendent une résolution du conflit avec la Serbie, une des principales sources d’instabilité en Europe.

Reconnue par plus de 100 pays dont les principales capitales occidentales, l’indépendance du Kosovo est toujours fermement rejetée par Belgrade, mais aussi la Russie et la Chine, ce qui lui ferme les portes de l’ONU.

Le scrutin avait été provoqué par la démission en juillet du Premier ministre Ramush Haradinaj, convoqué par le tribunal spécial sur les allégations de crimes de guerre commis par l’Armée de Libération du Kosovo (UCK) durant ce conflit ayant parachevé la désintégration de la Yougoslavie.

Avant même le scrutin, Américains et Européens avaient demandé aux futurs dirigeants de « reprendre de manière urgente les discussions avec la Serbie », au point mort depuis des mois. Belgrade refuse de les reprendre tant que sont en vigueur les droits de douane de 100% imposés à ses produits par Ramush Haradinaj.

– Prêts au dialogue –

Albanais et Serbes du Kosovo se retrouvent sur la lassitude. « J’en ai ras-le-bol de cette histoire de dialogue », lâche Salih Mehana, commerçant de Pristina de 39 ans. « Ils se parlent depuis des années (…) mais pour nous, la situation est de pire en pire », dit un juriste de 30 ans de la partie serbe de Mitrovica qui ne donne pas son nom.

Pourtant, cette question « sera déterminante » car « la communauté internationale ne donnera pas son aval à un gouvernement qui n’en ferait pas une priorité », dit le professeur de Sciences politiques Nexhmedin Spahiu.

Dès dimanche soir, Albin Kurti a dit sa volonté de « mener le dialogue ».

Un des sujets les plus sensibles sera l’organisation institutionnelle des secteurs où vivent les quelque 120.000 Serbes du Kosovo qui ont offert un plébiscite aux candidats de la Srpska Lista, émanation du parti au pouvoir à Belgrade.

Le président Aleksandar Vucic a indiqué qu’il était prêt à discuter avec Albin Kurti qui a longtemps suscité le rejet à Belgrade, où il est considéré comme un dur.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut