International › APA

Les médias numériques africains influents malgré des budgets limités (rapport)

Les médias numériques africains exercent une grande influence et un impact sociétal malgré des budgets très limités, selon un rapport basé sur des entretiens avec 200 médias numériques venant d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est.

Il s’agit du rapport d’Inflection Point International, publié par SembraMedia, une organisation à but non lucratif qui soutient les journalistes entrepreneurs, en partenariat avec l’organisation philanthropique mondiale Luminate.

Plus de 200 entretiens ont été réalisés à l’échelle mondiale et 49 organisations indépendantes de médias numériques interrogés en Afrique, notamment au Ghana, au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud.

Ce rapport fournit des enseignements clés pour un secteur en pleine croissance. Il ressort que plus de 85 % des médias numériques africains interrogés ont contribué à des « changements politiques et sociétaux significatifs ».

Plus de la moitié ont remporté des prix de journalisme. En outre, malgré tout, plus de la moitié rapportent avoir fait l’objet d’attaques et de menaces en ligne, ce qui pourrait fragiliser leur process .   

Le rapport note que les entrepreneurs du secteur des médias numériques produisent « un journalisme révolutionnaire » et ont un impact significatif sur leurs sociétés. Les chercheurs ont constaté que plus de 85 % des médias interrogés avaient contribué à des changements politiques.

Ce rapport intervient un mois à peine après l’attribution du prix Nobel de la paix aux journalistes Maria Ressa et Dmitry Muratov pour leur action en faveur de la liberté d’expression et du respect de la démocratie.

Les entrepreneurs de médias africains ont déclaré que leur travail avait permis de renforcer l’engagement civique, de mener des enquêtes criminelles et de faire évoluer la législation, souligne le texte.  

Près de la moitié d’entre eux ont déclaré être engagés dans une forme ou une autre de journalisme de solutions, contre 15 % en Asie, citant le reportage de solutions et le journalisme d’investigation comme des facteurs clés du changement social.

Ce rapport met en lumière une nouvelle génération d’entrepreneurs médiatiques créatifs qui développent des solutions aux défis sociaux et économiques de l’Afrique et renforcent les questions de gouvernance, a déclaré Abdul Noormohamed, directeur Afrique de Luminate.

Il précise que 57 % des rédactions numériques africaines interrogées ont remporté des prix nationaux et 28 % des prix internationaux en reconnaissance de leur travail. Toutefois, elles ont réalisé ce travail en dépit d’un harcèlement constant.

Plus d’un tiers d’entre elles font état de cyberattaques sur leurs plateformes d’information. Certains entrepreneurs ont également fait état d’un certain degré d’autocensure, en évitant les articles susceptibles de donner lieu à des poursuites judiciaires, parce qu’ils n’avaient pas les moyens d’engager des avocats pour se défendre. 

Les médias du Nigeria et du Ghana ont fait état d’une incidence nettement plus élevée de poursuites et d’attaques judiciaires que les organisations médiatiques interrogées dans les autres pays.      

« S’il existe des différences entre les trois régions, ce sont les similitudes qui sont apparues entre ces organismes de presse qui s’efforcent de couvrir leurs communautés et de construire des modèles économiques durables », a dit Janine Warner, co-fondatrice de SembraMedia.   

Certains de ces organismes étaient des sites d’information bien établis, comme le Daily Maverick en Afrique du Sud, mais beaucoup étaient beaucoup plus petits et 60% des organismes interrogés dans le monde avaient un chiffre d’Affaires inférieur à 50 000 dollars.

Dans l’ensemble, les médias numériques africains ont déclaré des niveaux de revenus publicitaires plus élevés que ceux d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est, la publicité contribuant à environ 29 % des revenus des médias africains en 2019, pour tomber à 26 % en 2020. 

Il a également été constaté que les médias numériques de premier plan du continent gagnaient davantage pour des audiences plus faibles, mesurées en termes de pages vues, que les médias équivalents d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est. 

Toutefois, les entrepreneurs africains sont ceux dont les données financières sont les plus limitées, la moitié d’entre eux étant incapables d’identifier leurs revenus totaux ou leurs sources de revenus. 

Ceux qui ont partagé des détails financiers bénéficiaient également d’une proportion de subventions plus faible que les médias numériques ailleurs, soit 16 % des revenus en 2019, poursuit le rapport. 

Cependant, pendant la pandémie de Covid-19, les subventions aux médias africains ont augmenté, pour représenter plus de 19 % des revenus en 2020. La plupart des entrepreneurs semblent avoir survécu aux répercussions de la pandémie de Covid-19.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut