International › APA

Libye : nomination du futur Premier ministre sur fond de dissensions

Le Parlement Libyen devrait choisir un nouveau Premier ministre ce jeudi, pendant que le gouvernement sortant d’Abdul-Hamid Dbeibah affirme qu’il restera en poste jusqu’aux prochaines élections.L’influent président de la Chambre des représentants Aguila Saleh parviendra-t-il à ses fins d’introniser un nouveau Premier ministre en Libye ? Après le report de la présidentielle et des Législatives du 24 décembre 2021, un nouveau gouvernement doit être mis en place sans le Premier ministre sortant Dbeibah dont « le mandat a expiré » selon le Parlement.

A ce titre, deux candidats se disputent le fauteuil : l’ex-ministre de l’Intérieur Fathi Bachagha, 59 ans, favori du poste et son challenger Khaled Al Bibass, 51 ans, un ancien haut fonctionnaire au même ministère. Ces deux personnalités ont été choisies sur une liste de sept candidats et le vote de ce jeudi devrait entériner le choix final du Parlement basé à Tobrouk.

Seulement on risque encore de se diriger vers une nouvelle crise politique en Libye. En effet, le Premier ministre sortant Abdul-Hamid Dbeibah, a indiqué mardi que « son gouvernement restera en fonction jusqu’à la tenue d’élections et qu’il ne passera la main qu’à un gouvernement élu ». Dbeibah indexe directement le président du Parlement, Aguila Saleh de « falsifier des décisions sans contrôle ni responsabilité et de semer la division politique ainsi que le chaos dans le pays ».

Incertitude sur la nouvelle date des élections

Le Premier ministre sortant a également accusé la « classe politique » d’avoir fait échouer la tenue des élections « sans même clarifier les raisons de ne pas les tenir », affirmant que s’il y avait des élections, Aguila Saleh allait perdre son poste.

En tout état de cause, Fathi Bachagha et Khaled Al Bibass qui vont se disputer le fauteuil Premier ministre, ont décliné leur chronogramme devant les Parlementaires. Les deux candidats se sont engagés à l’unification des institutions, la sécurité, l’amélioration des services publics et la lutte contre l’inflation.

Lors des travaux, le Parlement libyen a entériné une « nouvelle feuille de route » pour fixer la date des nouvelles élections. Celles-ci devraient avoir lieu en principe dans 14 mois après l’amendement de la Constitution libyenne provisoire. Une nouvelle charte fondamentale qui divise pourtant les différents camps politiques du pays qui n’arrivent pas à accorder leurs violons.

Depuis la chute de Kadhafi en 2011, plusieurs groupes armés contrôlent la Libye, quatrième pays le plus vaste d’Afrique (1.759.540 km2) et seizième dans le monde. A l’Est du pays, le maréchal Haftar, ancien cadre militaire déchu du régime de Kadhafi s’est imposé comme l’homme clé du conflit.

A l’Est du pays, des milices tribales et les groupes jihadistes dont la plus menaçante Ansar Al charia contrôlant des quartiers entiers de Benghazi, Syrte et Derna.

Au sud du pays où la situation est plus préoccupante, les groupes jihadistes imposent leur loi face à l’absence totale de l’Etat. Cette partie de la Libye frontalière avec l’Algérie, le Tchad et le Niger abrite des camps jihadistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui servent de bases arrière pour les groupes opérant dans toute la région sahélo-saharienne.


Commentaire

Bon plan
Publié le 06.05.2022

A la découverte de L’île de Bioko

Elle a été découverte en 1472 par les Portugais.  A une époque lointaine, cette L'île était un carrefour pour le troc et la vente d'esclaves…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut