› Eco et Business

L’INEGE publie les projections pour 2021

Lors de la lecture des données, le directeur général de l’Institut national des statistiques de Guinée équatoriale Statistiques, Ricardo Nsue Ndemesogo, a signalé que le taux de croissance de l’économie de Guinée équatoriale était de -6,2 % en 2018, par rapport à -5,7 % en 2017. En 2018, le développement de l’économie équato-guinéenne s’est produit dans un contexte marqué par une réduction de 13,5 % des exportations du brut, avec au total 54,7 millions de barils exportés, par rapport à 63,2 millions en 2017.

Par ailleurs, il a également souligné la diminution des exportations de gaz dérivés du brut, parmi lesquels le méthanol : -9,7 % ; propane : -17,0 % ; butane : -16,8 % et GNL : -10,9 %) ; une réduction de 32,0 % des dépenses d’investissement de l’État ; une augmentation des prix internationaux des hydrocarbures, remarquablement le brut, dont le prix a augmenté de 29,4 %, c’est-à-dire, un prix moyen annuel de 68,4 US$ par baril, contre 52,8 US$ par baril en 2017 ; une dépréciation de 4,5 % du dollar par rapport au franc CFA, passant de 582 FCFA par dollar en 2017 à 555,7 FCFA par dollar en 2018.

La chute de la production d’hydrocarbures, associée avec la réduction des dépenses publiques, a entraîné une contraction du PIB en termes réels de 6,2 %, où le PIB pétrolier a diminué de 12,4 % et le PIB non pétrolier a connu une augmentation de 2,9 %. La chute interannuelle du PIB pétrolier en 2018 s’explique par la diminution du volume des exportations d’hydrocarbures ; tandis que l’évolution positive du PIB non pétrolier s’explique par le rétablissement du secteur tertiaire, dont la croissance a été de 5,8 % grâce au rebond de certaines activités de services avec la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance nationale.

Nsue Ndemesogo indiquait ensuite que pour l’année 2019, à ce jour, les prévisions de croissance économique de la Guinée équatoriale gérées par l’INEGE évoquent une légère amélioration de la chute du PIB, qui est autour de -6,0 %, la chute du PIB pétrolier étant de 9,3 % et celle du PIB non pétrolier de 2,0 %.

Quant aux estimations de croissance économique de l’année 2020, l’INEGE estime que l’économie nationale s’est contractée de 4,9 %. Suite à l’apparition de la pandémie de covid-19 en début 2020, qui a touché gravement toutes les économies à l’échelle mondiale, notamment concernant la demande de produits énergétiques, en provoquant la chute des prix à des niveaux comparables à ceux de l’année 2004 ; l’INEGE prévoyait que la croissance de l’économie nationale, avec une forte dépendance des hydrocarbures, évoluerait entre -5,8 % (dans une perspective optimiste) et -8,9 % (sur un scénario très pessimiste).

Néanmoins, malgré un contexte international défavorable (avec le prix du brut s’élevant à 41,3 US$ par baril, soit une diminution de 32,8 %), le ministère des Mines et des Hydrocarbures a pu encourager les entreprises du secteur à maintenir leurs investissements et à permettre le rétablissement des exportations du brut à 0,2 %, contre -5,5 % en 2019. Ce rebond des activités extractives a permis une amélioration de la chute du PIB, qui était autour de -4,9 %, par rapport à -6 % en 2019 ; où le PIB est passé de -9,3 % en 2019 à -6,2 % en 2020 ; tandis que la stagnation de l’économie nationale causée par la covid-19 a provoqué une dégradation du PIB non pétrolier, qui est passé de-2,0 % en 2019 à -3,3 % en 2020.

Par ailleurs, le contexte international défavorable, avec les bas prix des hydrocarbures, a touché les recettes de l’État et donc les dépenses publiques. En effet, par rapport à l’année 2019, les recettes de l’État ont connu une diminution de 33,9 % en raison de la réduction des recettes pétroliers et non-pétroliers de l’ordre de 36,7 % et de 22,9 %, respectivement. Cette diminution des recettes de l’État se répercute négativement sur les dépenses publiques, qui ont enregistré une réduction de 16,6 % par rapport à l’année 2019 ; la diminution des dépenses courantes étant de 10,6 % et celle des investissements de 30,1 %.

Le directeur général de l’INEGE a conclu son allocution en abordant les prévisions macroéconomiques pour l’année 2021 : l’INEGE prévoit que l’économie de la Guinée équatoriale connaîtra une croissance positive autour de 2,8 %. Même si l’année 2021 a commencé avec une aggravation de la pandémie de covid-19 en raison des mutations du virus, les économies du monde s’adaptent et travaille pour trouver des solutions, notamment un vaccin. Dans cette perspective, les spécialistes prévoient une relance progressive des marchés. Par exemple, le prix du brut connaîtrait une augmentation de 6,6 % pour atteindre 44,0 US$ par baril, selon la Banque Mondiale.

De même, il a annoncé que le Gouvernement continue à promouvoir les mesures sanitaires de prévention et de contention de l’impact aussi bien concernant les populations que l’économie. Un programme de vaccination contre la covid-19 a été entamé dans le pays.

Dans ce sens, la première phase du projet de monétisation de gaz dans le champ d’ALEN, mieux connu sous Backfilling, est en cours. Un projet qui, selon le ministère des Mines et des Hydrocarbures, envisage de monétiser environ 580 milliards de pieds cubes (BCF) de gaz. Par ailleurs, la loi des finances 2021 prévoit une augmentation des dépenses publiques, où les dépenses courantes augmenterait de 18,1 % et les dépenses d’investissements augmenterait de 14,5 %, par rapport à l’exécution préliminaire de l’exercice 2020.

Dans ce contexte, il est prévu qu’en 2021 l’économie nationale attend un taux de croissance positive de 2,8 % grâce notamment à l’augmentation de la production de gaz dérivés et à la reprise graduelle de certaines activités du secteur tertiaire, par rapport à l’année 2020, comme le commerce, les transports, l’administration publique, etc. Dans ce sens, il faut espérer que le PIB pétrolier connaisse une croissance de 4,7 % et le PIB non-pétrolier une croissance de 0,5 %.

Pour une information complète :www.inege.gq

Source : Service d’information et de presse de Guinée équatoriale


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut