International › APA

L’OMS en « convergence de vue » avec Andry Rajoelina sur l’usine Pharmalagasy

La représentante de l’ONU sur la Grande-Ile, Charlotte Ndiaye, a affiché une « convergence de vue » de l’OMS avec Andry Rajoelina, lors de l’inauguration de Pharmalagasy, une usine de médicaments, qui devrait produire en priorité le complément alimentaire CVO+, à base d’Artemisia, selon une note transmise à APA, vendredi.Cette usine pharmaceutique, inaugurée le 2 octobre 2020, fabriquera dans l’immédiat le complément alimentaire CVO+, à base d’Artemisia, selon une formule proche du Tambavy d’avril 2020, développé par l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA).

 L’usine Pharmalagasy produira à terme une gamme d’une douzaine de médicaments (Paludisme, diabète, etc). Il y a quelques mois, le CVO sous sa forme de « remède traditionnel amélioré » (tisane) avait provoqué un malentendu entre l’OMS et le gouvernement malgache.

Un malentendu apparemment résolu car Charlotte Ndiaye a tenu à rappeler que  : «la médecine traditionnelle bénéficie de cet élan de valorisation pour laquelle Madagascar est à l’avant-garde ».

L’Artemisia, dont Madagascar est un producteur à l’échelle mondiale, est également efficace dans le traitement du paludisme. Le président Malgache qui avait vanté ses vertus face à la Covid-19, veut développer ce produit sur la « Grande-Ile » qui dispose d’une flore endémique.

Le vendredi 02 octobre 2020, le président malgache,  Andry Rajoelina, a inauguré la nouvelle usine Pharmalagasy en présence de la représentante de l’ONU sur la Grande-Ile, Charlotte Ndiaye.

Lors de son discours, cette dernière a confirmé l’engagement de l’OMS aux côtés de Madagascar dans la lutte contre la Covid-19 et l’émergence d’un secteur pharmaceutique industriel.

Si les relations entre l’OMS et Andry Rajoelina ont pu être tumultueuses au plus fort de la pandémie en avril dernier, il semble que les désaccords ont été résolus autour de l’inauguration de cette usine qui matérialise une réponse à la pandémie de Covid-19.

Mme Charlotte Ndiaye a toutefois assuré que « l’OMS est aux côtés de Madagascar dans la lutte contre cette pandémie ». La pandémie a ostensiblement mis en valeur la forte dépendance de l’Afrique à ses fournisseurs internationaux de médicaments.

Une prise de conscience qui a également mis les pays africains face aux coûts logistiques particulièrement hauts de leurs importations pharmaceutiques. Avec l’inauguration de Pharmalagasy, Madagascar veut se positionner comme un précurseur, avec le soutien de l’OMS dans : « des initiatives qui sont capitales pour favoriser la naissance d’une industrie pharmaceutique solide». 

Dans son discours Charlotte Ndiaye a salué une « dynamique de renouveau » en insistant sur la «technicité» de l’usine Pharmalagasy. Cette dernière a été d’ailleurs conçue selon les normes internationales GMP/FDA en vigueur.

L’usine, qui emploiera près de 80 personnes, aura la capacité de produire près de 32 millions de gélules par jour. La vérification de la qualité et de la conformité technique et scientifique des produits sera assurée par le Centre National d’Application des Recherches Pharmaceutiques (CNARP).

La certification technique de l’usine semble avoir convaincu l’OMS qui par la voix de sa représentante a confirmé : « sa disponibilité à apporter son soutien, notamment sur les bonnes pratiques de fabrication, les inspections réglementaires et la préqualification pour les médicaments éligibles ».  

Le marché des médicaments à base de plantes est estimé aujourd’hui à environ $130 milliards. Une partie de ce marché est accessible via l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) et les Accords de Partenariats Economiques (APE).

Une ouverture de ce marché vers 900 millions de consommateurs occidentaux (Etats-Unis et Union Européenne) auprès desquels la médecine traditionnelle fait recette de manière croissante, s’affiche comme une opportunité. 


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut