International › APA

Lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Ghazouani annonce un fonds de 527 millions de dollars

Le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, dans un discours à la nation à l’occasion de la célébration ce jeudi du 59e anniversaire de l’indépendance du pays, a annoncé la création d’une délégation chargée d’exécuter des programmes et projets de lutte contre la pauvreté et la précarité dotée d’un budget de 200 milliards d’ouguiya MRO (527 millions de dollars).Ould Ghazouani qui s’exprimait mercredi soir a assuré que cette délégation sera mise en œuvre dans les cinq prochaines années et que des fonds spéciaux ont été mobilisés pour assister judiciairement les justiciables sans ressources dans toutes les juridictions du pays pour prendre en charge les frais de leurs avocats.

Il a en outre fait état de la création d’un conseil présidentiel pour assurer un suivi régulier et rigoureux des politiques et programmes sociaux dans toutes les régions du pays.

Le nouveau conseil, a-t-il expliqué, permettra de garantir l’efficience et l’efficacité des politiques et programmes en matière de lutte contre la pauvreté, l’exclusion et les disparités et d’assurer l’amélioration des services de base.

Une nouvelle structure administrative dénommée « Khidmaty » (mon service) a été également créée pour répondre avec diligence aux sollicitations des citoyens et permettre le traitement et le suivi de leurs dossiers, selon le président mauritanien.

Ce dernier a par ailleurs rappelé qu’il a œuvré, depuis ses premiers jours au pouvoir, à la consolidation de l’unité nationale par l’apaisement du climat politique général, l’instauration d’une atmosphère de confiance et d’ouverture à toutes les parties et de concertation avec tous les acteurs politiques.

« Je suis convaincu, a-t-il souligné, que majorité et opposition peuvent, chacune, jouer pleinement leur rôle dans la confiance réciproque et, partant, consolider notre système démocratique mature qui nous a récemment valu une alternance pacifique et transparente au pouvoir ».



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut