› Politique

Malabo : David Nguema Obiang démissionne de la cour suprême

Le président  de la Cour suprême de justice, a remis au chef de l’Etat sa lettre de démission le 8 juillet 2022. 

 

Nommé au poste de président de la cour suprême de justice depuis le mois d’aout 2018, David Nguema Obiang a décidé de renoncer à son poste. En effet, le site Ahora Eg rapporte que ce dernier aurait accepté des pots de vins de la société Santy soit un montant de 100 million de francs Cfa.

Après la prétendue « supériorité » dont parlaient les juges du tribunal provincial de Bata qui traitaient l’affaire Santy, l’ancien président de la Cour suprême de justice (après avoir présenté sa démission hier et le président de la République a sanctionné le décret 68/2022 de son licenciement le même jour), David Nguema Obiang Eyang a reconnu avoir reçu des pots-de-vin de plus de 100 millions de francs de la part de la société Comercial Santy, comme le rapporte LaVicepress.

Ira-t-il en prison ? 

Incontestablement, Nguema Obiang Eyang vient « de ravaler ses propres mots », puisqu’il y a tout juste deux mois il disait « désormais tout juge qui encourrait ce type d’illégalité sera tenu d’engager des poursuites pénales ». La question met à nouveau à l’épreuve l’efficacité et la légalité de la justice équato-guinéenne, on espère que la même proposition faite par l’ancien président de la Cour suprême de justice sera une réalité en utilisant les éléments de jugement qu’il a évoqués à son époque.

En mai de cette année, David Nguema Obiang Eyang a vendu à la société équato-guinéenne la fumée de la discipline judiciaire lorsqu’il a déclaré « ce qui n’est pas permis, c’est que certains juges, loin de travailler conformément au système judiciaire, inventent d’autres procédures ». Il y a deux mois, l’ancien chef de la magistrature a interrogé la « conscience » des juges qui se laissent corrompre et a annoncé des sanctions pour ceux qui encourent ces infractions graves, non seulement les écartant de l’administration de la justice, mais faisant également face à des poursuites pénales. . .

Deux mois plus tard, la soupe a été servie dans son assiette, le même patron fait face à la possibilité d’aller en prison, après avoir accepté des pots-de-vin de plus de 100 millions XFA.

Source : Ahora Eg


Commentaire

Bon plan
Publié le 04.07.2022

A la découverte du parc national de Monte Alén 

Le parc national de Monte Alén est situé dans la chaîne de montagnes Niefang, dans la région continentale de la Guinée équatoriale. Sa surface est d'environ 1…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut