International › APA

Malawi : la Cour constitutionnelle rejette l’appel de Mutharika et invalide sa réelection

La Cour constitutionnelle du Malawi a rejeté l’appel du Président Peter Mutharika et de la commission électorale du pays contre une ordonnance antérieure déclarant nuls les résultats des élections présidentielles de l’année dernière.Mutharika et la Commission électorale du Malawi (MEC) avaient demandé à la Cour suprême une ordonnance suspendant le jugement historique du 3 février qui annulait les résultats de la présidentielle de mai dernier, qui avaient donné la victoire à l’ancien président pour un second et dernier mandat.

Mercredi, le tribunal a ordonné la reprise du scrutin présidentiel dans un délai de 150 jours après que les candidats perdants de l’opposition ont prouvé avec succès qu’il y avait des irrégularités dans la conduite du vote.

Dans leurs requêtes, Mutharika et la MEC souhaitaient que le tribunal suspende le jugement pour permettre à la Cour suprême de statuer sur l’appel.

L’un des arguments avancés par Mutharika pour demander un sursis à l’arrêt de la Cour constitutionnelle était qu’il y aurait du chaos si les nouvelles élections étaient sanctionnées par l’arrivée d’un président différent, et que par la suite, son appel devant la Cour suprême réussisse, faisant du pays une nation avec deux présidents.

Cependant, le tribunal a rejeté cet argument, insistant sur le fait que les citoyens du Malawi avaient également le droit d’être gouvernés par des personnes élues selon le processus électoral et ces droits sont plus importants que les droits de ceux des candidats à une élection.

Dans sa requête, la MEC a soutenu que de nouvelles élections coûteraient cher et qu’elle ne serait pas en mesure de recouvrer le montant dépensé si son appel devant la Cour suprême aboutissait.

Cela a également été rejeté par le tribunal, qui a jugé que le corps électoral n’utiliserait pas son propre argent et ne pourrait donc pas subir de perte.

Le juge Dingiswayo Madise a rejeté la demande, faisant valoir que Mutharika et la Commission n’avaient pas de motifs suffisants pour faire suspendre le jugement.

« Cette Cour ne peut pas suspendre le jugement pour la raison évoquée pour l’affaire en instance. Le jugement restera tel qu’il a été décidé », a-t-il conclu.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut