International › APA

Mali : la Cédéao sanctionne les autorités de transition

La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) n’a pas supporté « l’absence de progrès dans les préparatifs des élections ».L’épée de Damoclès de la Cédéao s’est finalement abattue sur le Mali. Les autorités de transition de ce pays en guerre contre les jihadistes ont fait part à l’organisation régionale de leur « incapacité à respecter l’échéance » pour la transition fixée au 22 février 2022.

Réunis en sommet extraordinaire le 7 novembre à Accra, au Ghana, les dirigeants ouest-africains ont prononcé « des sanctions, avec effet immédiat, à l’encontre des individus et groupes identifiés, y compris l’ensemble des autorités de transition et les autres institutions de transition ». Il s’agit d’une interdiction de voyager et un gel des avoirs financiers qui s’appliquent aussi aux membres de leurs familles.

La Cédéao a déploré « l’absence d’un calendrier détaillé des activités pour la (tenue) des élections aux dates convenues ». Dans le communiqué final du sommet, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement a réitéré « la nécessité de respecter le calendrier de transition » et appelé « les autorités de transition à agir en conséquence pour assurer un retour rapide à l’ordre constitutionnel ».

Partant de là, la Cédéao a invité la communauté internationale à prendre les mesures nécessaires afin de s’assurer que les autorités de transition respectent leur engagement en faveur d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Sur le plan sécuritaire, l’organisation régionale a exprimé sa préoccupation au vu de la détérioration de la situation qui, selon elle, est la conséquence « des incertitudes politiques accrues » dans le pays.

Pour inverser la tendance, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement a demandé aux autorités de transition « d’accroître leurs efforts en assurant (notamment) une présence effective de l’Etat dans les zones affectées » par la menace jihadiste.

Dans le but d’aider le Mali à sécuriser son territoire, l’instance de la Cédéao a exhorté ses pays voisins à « renforcer la présence sécuritaire le long de leurs frontières ». Un mandat plus robuste et le renforcement de la capacité opérationnelle de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) pourraient permettre, à en croire la Cédéao, de faire face aux défis du terrorisme.

A cet effet, l’organisation régionale a prévu de saisir le Conseil de sécurité des Nations Unies en vue d’apporter les modifications nécessaires au mandat de la Minusma.

D’ici le 12 décembre 2021, à l’occasion du sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao, le président de la Commission, Jean-Claude  Kassi Brou, est chargé d’examiner la situation au Mali et de proposer au cas échéant des sanctions supplémentaires.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut