International › APA

Maroc : 99,57% des médecins dentistes impactés par la pandémie du coronavirus (enquête)

Par Hicham Alaoui – Une enquête réalisée par la Fédération nationale des syndicats des médecins dentistes du secteur libéral du Maroc a conclu que 99,57% des médecins dentistes estiment que leurs activités professionnelles aient été impactées par la pandémie du coronavirus.Cet impact, qui prend une forme financière à hauteur de 49%, organisationnelle 25%, et psychologique 22%, peut devenir rapidement insupportable et risque d’entraîner le secteur dans une situation insupportable, a précisé cette enquête ayant porté sur un échantillon de 1600 médecins dentistes installés sur l’ensemble du territoire du royaume.

Les résultats de l’enquête ont révélé que 93% des médecins dentistes sont en arrêt total du travail, alors que le 7% restant sont en arrêt partiel pour répondre aux appels d’urgence de leurs patients.

Ces résultats confirment la promesse du corps médical de la médecine dentaire pour respecter les consignes des autorités publiques et montrent le degré de leur organisation et de leur conscience à l’égard de cette pandémie. En revanche, cet arrêt brutal de leurs activités professionnelles risque de provoquer, sans aucun doute, des conséquences inquiétantes sur le métier et d’ébranler son équilibre financier et social, prévient le document.

C’est ainsi qu’environ 89% des médecins dentistes se considèrent incapables de supporter les dommages liés à l’arrêt du travail et au confinement au-delà de trois mois, d’où la nécessité et l’urgence de trouver des solutions rapides et efficaces pour faire sauver le métier, recommandent énergiquement les auteurs de l’enquête.

Dans les détails, l’enquête dénombre les dégâts subis par les médecins dentistes qui sont « significatifs ». Ainsi, 66,44% des médecins déclarent avoir subis des dégâts accablants et 32, 63% estiment qu’ils ont subis des dégâts relativement supportables contre seulement 0,87% qui estiment qu’ils n’ont pas été impactés par le Covid-19.

Selon le rapport, cette crise sanitaire liée au Covid-19 a engendré des conséquences complexes sur les médecins dentistes. C’est ainsi que les médecins ont subi des effets financiers directs, via l’absence du cashflow (recettes financières) 33%, le paiement des charges fixes 24%, le remboursement des crédits fournisseurs 21%, le remboursement des crédits bancaires 14%, et les chèques impayés avec 8%.

A cela s’ajoute les charges financières que les médecins dentistes ont dû supporter malgré la fermeture de leurs cabinets, relève le document. Parmi ces charges supportées par les médecins dentistes malgré l’arrêt du travail, l’enquête mentionne, entre autres, les factures d’eau et d’électricité et celles de téléphone et d’internet, le paiement des salaires des auxiliaires en chômage technique, le loyer des cabinets fermés, les frais liés à la comptabilité ou encore le paiement des prothèses déjà commandées.

« Ces charges menacent l’équilibre financier du médecin dentiste et peut mettre en péril le fonctionnement à court et moyen des cabinets dentaires dont la survie dépend des activités médicales suspendues actuellement », mettent en garde les auteurs de l’enquête.

Il va sans dire que ces préjudices professionnels auront des « lourdes » conséquences sur les perspectives de la carrière professionnelle des médecins dentistes. En effet, les dépenses d’investissements au cabinet à hauteur seront la rubrique le plus sacrifié avec 32%, l’annulation des formations continues à 26%, le rééchelonnement des dettes à 22% et des licenciements des auxiliaires à 10%.

Malgré ces dégâts les médecins dentistes, montrent un grand sentiment de solidarité envers la société, puisque 28% ont déjà participé au Fonds de gestion de la pandémie, créée à l’initiative royale. Cette solidarité, enchaîne le document, est exprimée d’une manière explicite vis-à-vis de leurs confrères, c’est ainsi que 66% des médecins dentistes sont prêts à participer à la Caisse de solidarité qui serait créé par/pour leurs confrères.

Cependant, la confiance des médecins dentistes est ébranlée à cause de cette crise, car « 72% des médecins estiment qu’ils n’ont pas confiance en l’avenir de leur profession », conclut l’enquête, intitulée « les médecins dentistes du secteur libéral face à la pandémie du Covid-19 ; entre le désarroi et l’espoir ».

Il est à rappeler que suite à un courrier adressé en date du 6 avril 2020 par le ministère de la santé au Président du Conseil national de l’Ordre national des médecins dentiste appelant la profession à prendre un certain nombre de mesures afin de limiter la propagation du Covid-19 et réduire les risques de la contamination croisée, notamment par certaines pratiques médicales à haut risque telle que la prise en charge des affections bucco-dentaire, les médecins dentistes ont été contraints de prendre des mesures draconiennes et inédites dans l’histoire de la profession.

Il s’agit de la fermeture des cabinets dentaires à la consultation physique des patients en la substituant par la téléconsultation, les conseils médicaux à distance et les prescriptions électroniques ainsi que l’instauration d’un système de garde (un seul cabinet par province) pour répondre aux urgences (pulpite aiguë irréversible, traumatisme, hémorragie…).


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut