Politique › Institutionnel

Politique: Le président Obiang Nguema fait ses adieux à son ex-compagnon d’armes

Eulogio Oyó Riqueza n’est plus. Le compagnon d’armes du président Obiang Nguema , acteur historique du coup d’Etat du 3 août 1979, décédé le 4 mars dernier, a été inhumée à Madrid des suites de longue maladie. Lundi dernier, toute la classe politique équato-guinéenne était rassemblée à Baney pour lui rendre un dernier hommage. C’est en 1962 à l’académie militaire de Saragosse que les chemins de Nguema Obiang et Eulogio se sont croisés et ils ne se quitteront plus jusqu’à la mort de ce dernier. Agé de 37 ans, en 1979, lors du coup d’Etat, il devint à la fois gouverneur de l’île de Bioko et vice-président du Conseil militaire suprême. C’est lui qui présida le Tribunal militaire (Cour martiale) qui a jugé Macias Nguema, fin septembre 1979. A ce titre, il fut l’une des rares personnes à assister à son exécution.

Plus tard, il exerça la fonction d’ambassadeur auprès de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) et celle de ministre du Travail. En 2010, membre du Conseil national du PDGE, il était encore auprès d’Obiang comme conseiller présidentiel au ministère des Travaux publics et des Infrastructures. Eulogio Oyó Riqueza s’est éteint, lundi 4 mars 2013, dans un établissement hospitalier de Madrid, à la suite d’une longue maladie. Le 11 mars, entre son voyage au Vénézuéla et son départ en Thaïlande, le président Obiang a pris le temps d’une courte escale pour honorer la mémoire de son vieux compagnon d’armes. Une messe de requiem a été célébrée en la cathédrale de Malabo, en présence du couple présidentiel de leur fils, Teodorin Nguema, 2e Vice-président du 1er Vice-président du Premier ministre et de plusieurs membres du gouvernement; du Secrétaire général du PDGE, des parents et amis du défunt. Puis le cercueil a été conduit à Baney, le village natal du défunt, où il a été inhumé au cimetière municipal.

Commentaire

À LA UNE
Retour en haut