International › APA

Procès de Sankara : récit de la tuerie au tribunal

Elysé Yamba Ilboudo, membre du commando militaire qui a tué Thomas Sankara a fait des révélations glaçantes au tribunal militaire de Ouagadougou.L’audience du mardi 26 octobre 2021 qui marque le deuxième jour du procès, a été empreinte d’émotions pour la famille de Thomas Sankara. Elle a été consacrée à l’écoute des éléments vidéo et audio, ainsi qu’à l’interrogatoire d’Elysé Yamba Ilboudo, premier accusé dans ce procès assez médiatisé.

Ancien garde rapproché de l’ancien président Blaise Compaoré, renversé en octobre 2014 par une insurrection populaire, Elysé Yamba Ilboudo a plaidé coupable mais nie toute participation à des réunions ayant conduit à la tuerie du 15 octobre 1987. Il a reconnu qu’en tant que militaire, il a exécuté un ordre direct donné par son supérieur l’adjudant-chef Hyacinthe Kafando en fuite.

Dans son récit, l’accusé reconnaît qu’il a conduit un groupe de commando de huit soldats dont quatre étaient dans son véhicule dont l’adjudant-chef Kafando. « C’est de chez M. Compaoré que mon chef de sécurité Hyacinthe Kafando, après un bref entretien avec Blaise Compaoré, m’a demandé de démarrer un véhicule pour nous rendre au Conseil de l’Entente où s’est produite la tuerie. Arrivés sur place, Kafando et mon collègue Maïga qui conduisait le véhicule de Blaise Compaoré sont descendus et ont tiré en désordre. J’étais dans mon véhicule, et j’ai vu le président Sankara sortir de la salle les mains en l’air et s’est ensuivie une rafale de kalachnikov » a relaté le soldat de première classe, aujourd’hui âgé de 62 ans.

Dans son récit, il précise que le président Thomas Sankara était habillé en tenue civile conformément à une mesure du gouvernement qui instituait le sport de masse chaque jeudi.

Compaoré et Kafando, les absents clés

« Hyacinthe Kafando et Maïga vont descendre son garde du corps avant d’ouvrir le feu sur Thomas Sankara, tombé par le côté gauche » relate l’accusé qui observait l’horreur à bord de son véhicule.

Pour les avocats de la famille de Sankara, Me Ferdinand Zepa, l’accusé Elysé Yamba Ilboudo est la seule personne qui a permis à la procédure judiciaire d’avancer dans le dossier Sankara.

Parmi les quatorze accusés, douze sont présents avec à leur tête, le général de brigade Gilbert Diendéré qui purge une peine de 15 ans de prison après le putsch manqué du 16 septembre 2015.

Ils sont tous accusés pour des faits de « complicité d’assassinat, de recel de cadavre et de complicité d’atteinte à la sureté de l’Etat ». Les deux grands absents de ce procès historique sont Blaise Compaoré exilé en Côte d’Ivoire et l’adjudant-chef Hyacinthe Kafando en fuite.

Au terme des débats de ce mercredi, le parquet militaire a décidé d’accorder la liberté provisoire à tous les accusés de l’affaire sauf le général de brigade Gilbert Diendéré.

Le capitaine Thomas Sankara, surnommé le « Che » africain en référence à son idole « Che Guevara », icône de la révolution cubaine, a pris le pouvoir le 4 août 1983. Sous son magistère, la Haute-Volta change de nom et devient le Burkina Faso, le « Pays des Hommes Intègres ».

A 33 ans, il lance la grande « révolution démocratique et populaire » pour sortir son pays de la pauvreté, ce qui lui vaut une très grande popularité en Afrique et au-delà. Mais le rêve ne dure que quatre ans. Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara et douze de ses compagnons sont abattus par un commando lors d’une réunion au Conseil de l’Entente (siège du Conseil national de la Révolution) à Ouagadougou, la capitale.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut