International › APA

Robert Mambé, le gouverneur d’Abidjan, se dit «Rhdp», le parti au pouvoir

Robert Beugré Mambé, le gouverneur du District d’Abidjan, se dit «depuis quelques mois Rhdp (Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix)», le parti au pouvoir, affirmant travailler à la réconciliation entre Alassane Ouattara et l’ex-chef d’Etat Henri Konan Bédié.« Je suis membre du Rhdp, je suis membre du Conseil politique du Rhdp, et je suis avec le président Alassane Ouattara pour aider à la réconciliation entre les plus grands hommes de ce pays », a déclaré Robert Mambé, après une rencontre entre les chefs traditionnels de Songon, une banlieue à l’Ouest d’Abidjan.  

M. Mambé répondait à une question d’un journaliste. Il a décliné sa formation politique actuelle après qu’il lui a été demandé ce qu’il pensait à la suite d’une publication, « le 26 août dernier », par M. Bédié, d’une liste des membres du Bureau politique du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, son parti de base), dans laquelle figurait son nom.

« On vient de quelque part, mais moi, depuis quelques mois déjà je suis membre du Rhdp », a-t-il lâché, tout en faisant remarquer qu’il a « une histoire particulière avec ces deux grandes sommités de la Côte d’Ivoire ».

« Aujourd’hui, je suis avec le président Alassane pour militer et pleurer auprès d’Henri Konan Bédié (le président du Pdci) pour que les deux se réconcilient parce que la Côte d’Ivoire a besoin d’eux, la Côte d’Ivoire a besoin de ces deux grandes sommités », a poursuivi le gouverneur d’Abidjan. 

II a laissé entendre qu’il réfute le cloisonnement, insinuant qu’en étant avec le président Alassane Ouattara, il s’attèlera afin que les deux personnalités se réconcilient et que les enfants d’Houphouët se retrouvent, bien que dans cette entreprise il « prend des coups ».

Pour lui, l’essentiel, c’est le développement, c’est pourquoi « nous devons nous atteler à la recherche obstinée de la paix pour que ce pays puisse se développer dans la paix et la réconciliation », de même que dans un « esprit de solidarité ».

Le gouverneur du District d’Abidjan, a, au nom du chef de l’Etat Alassane Ouattara, annoncé des actions de développement d’envergure et de l’aide aux populations en vue d’améliorer les conditions de vie des habitants de Songon, une localité forte d’une vingtaine de villages et une quinzaine de communautés.

Ces actions, soulignera-t-il, s’inscrivent dans les perspectives de développement et visent les jeunes, les femmes. Outre, des appuis en matériels dont des broyeuses de manioc pour Attiéké, un mets très prisé, il a dévoilé de grands projets d’infrastructures pour Songon.

A Songon, précisera-t-il, « on a des projets de bitumage qui ont commencé, il reste trois villages : un village dont le butinage a été entamé, un autre qui commence aujourd’hui où nous sommes et le dernier qui va commencer dans quelques semaines ».

« Le président a décidé avant janvier, si Dieu le veut, on va commencer l’autoroute entre Yopougon-Songon. Et, ce matin, avant de venir ici j’ai fait une réunion avec nos frères qui vont financer. Ils m’ont donné la date à laquelle ça va commencer, il faut savoir qu’au plus tard fin janvier, cela va commencer », a-t-il relevé.

M. Mambé a en outre annoncé « une grande route qui va quitter le pont de Jacqueville (au sud-ouest d’Abidjan), et qui va passer à la gare de Songon Dagbé aller directement sur l’autoroute sans passer par l’ancienne route de Dabou ».

Son trajet devrait « traverser l’autoroute, aller vers Attinguié, Akoupé et aller vers Anyama au niveau du nouveau stade (à Ebimpé), passer vers Abobo, puis se poursuivre vers Cocody et atterrir à Cocody », a-t-il fait savoir, devant une foule de personnes.

Par ailleurs, a-t-il fait savoir que le chef de l’Etat a décidé d’aider la communauté à construire des collèges avec internats à « Yépi ; Adaté ; Songon Daté, Songon Sé ; Agbadjèkouté, Bobodoumé, à Akoupé Zégui, à Eloka 1 et 2, Elokato, Elokaté (…) de même qu’à Kossiwa ».  

« Pour le faire, il faut qu’on soit ensemble, on est avec le président Alassane Ouattara pour le développement de Songon, d’Abidjan et de la Côte d’Ivoire », a-t-il lancé à l’endroit des populations, promettant « passer dans les villages pour régler les petits problèmes ». 

Le Pdci a quitté le Parti unifié Rhdp. Pour M. Bédié, des engagements d’alternance au profit de son parti n’ont pas été tenus. Aujourd’hui, plusieurs cadres du Pdci ont rejoint le Rhdp, la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire et certains occupent des postes ministériels. 


Commentaire

À LA UNE
Retour en haut