International › APA

Sénégal : l’opposition boycotte le HCCT et le Conseil constitutionnel

Les quotidiens sénégalais parvenus jeudi à APA titrent principalement sur l’opposition, qui décide de boycotter les élections du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) et de renoncer au dépôt de recours pour contester les résultats des dernières élections législatives.A la suite des législatives du 31 juillet dernier, l’élection des Haut conseillers des collectivités territoriales (HCCT) est prévue en septembre prochain. Mais déjà, Walf Quotidien indique que « l’opposition vote le boycott », soulignant que l’inter-coalition Yewwi-Wallu (libérer et sauver) « veut tordre le bras à Macky » Sall, le chef de l’Etat sénégalais.

« HCCT, un conseil rejeté », note Le Quotidien, titrant également sur le boycott du scrutin du 4 septembre par l’opposition. Si Ousmane Sonko, Khalifa Sall, Abdoulaye Wade et Cie « veulent sa suppression », d’autres formations dont la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar (unis pour un même espoir), « iront aux élections » pour placer leurs membres dans cette institution.

L’une des raisons avancées par l’opposition pour ne pas participer au scrutin est que le Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) ainsi que le Conseil économique social et environnemental (Cese) sont des institutions « inutiles et budgétivores », rapporte Tribune. De même, « pour des raisons politiques, nous n’avons aucun intérêt à aller » aux élections du HCCT, ont affirmé les leaders de l’inter-coalition Yewwi-Wallu à Vox Populi.

Par ailleurs, cette formation a décidé de ne pas introduire de recours au Conseil constitutionnel après la proclamation des résultats provisoires des élections législatives lui attribuant un total de 80 députés. Face à la presse, les leaders de l’inter-coalition avaient dénoncé des cas de bourrages d’urnes et promis de saisir la justice.

« La forfaiture est tellement grave qu’à notre niveau, il ne sert à rien d’aller introduire un recours au niveau de ce Conseil constitutionnel. Ce n’est pas au niveau de ce Conseil constitutionnel que les 2 voire 3 députés enlevés à l’inter-coalition vont nous être restitués », a indiqué Déthié Fall, mandataire de la coalition Yewwi Askan Wi (libérer le peuple).

Par ailleurs, Sud Quotidien semble préoccupé par l’avenir de la 14ème législature à moins de deux ans de la tenue de l’élection présidentielle de février 2024. Le journal pense que les nouveaux députés sont « en danger », en considérant que « la quête d’une majorité parlementaire pourrait amener le successeur de Macky Sall à dissoudre l’Assemblée nationale après la date du 31 juillet 2024 ».

En outre, EnQuête retient que « les Wade (sont) au centre du jeu » dans la recomposition politique au Sénégal après que le Parti démocratique sénégalais (PDS) a obtenu 24 députés, 470.000 voix et trois bastions électoraux aux dernières législatives. « Le président Wade et le PDS peuvent maintenant envisager la réhabilitation de Karim Wade », fils de l’ancien chef de l’Etat et ex-puissant ministre du régime libéral (2000-2012), exilé depuis 2016 au Qatar après la grâce présidentielle qui a suivi sa condamnation pour malversations par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei).


Commentaire

Bon plan
Publié le 04.07.2022

A la découverte du parc national de Monte Alén 

Le parc national de Monte Alén est situé dans la chaîne de montagnes Niefang, dans la région continentale de la Guinée équatoriale. Sa surface est d'environ 1…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut