International › APA

Le déconfinement vu par la presse marocaine

Les quotidiens marocains parus ce lundi s’intéressent au suspense accompagnant l’approche de la date prévue pour le déconfinement et les métiers impactés par la crise sanitaire.« Comme au 20 avril puis au 20 mai, le suspense monte à l’approche du 10 juin », écrit +Aujourd’hui le Maroc+, faisant savoir qu’à quelques jours de la fin théorique de l’état d’urgence, quasiment tous les Marocaines et Marocains n’ont qu’une seule question sur les lèvres : est-ce qu’il y aura une troisième prolongation ?

Pour les plus curieux et surtout les plus impatients, il y a peut-être des indices révélateurs, ajoute le journal, citant quelques correspondances authentiques émanant de hauts responsables durant ces derniers jours.

« Une chose est sûre au demeurant : les pouvoirs publics sont aujourd’hui suffisamment au fait de la situation économique et sociale et feront probablement preuve de discernement comme ils l’ont fait depuis le début de la pandémie », conclut-il.

Prolonger le confinement au-delà du 10 juin serait une grave erreur, estime, pour sa part, +l’Économiste+, qui relève que cela fait trois mois que l’économie et toutes les activités sont quasiment à l’arrêt.

Les enquêtes hebdomadaires de l’Economiste-Sunergia ont montré d’abord une adhésion unanime dans la population. Puis une sorte de fatigue est apparue, au milieu du Ramadan. Ensuite, une rupture du consensus s’est imposée, fait remarquer la publication.

Au train où vont les choses, il est douteux que le confinement soit encore accepté, souligne le journal, notant que les autorités marocaines sont à un tournant stratégique: elles devraient capitaliser sur l’adhésion qu’elles ont créée.

+Al Bayane+ écrit que la fermeture des cafés, restaurants, salons de coiffure, SPA, salles de sport et bien d’autres jusqu’à nouvel ordre, est une décision qui affecte inéluctablement ces métiers vitaux de la vie quotidienne.

D’autant plus que pour les nouveaux entrepreneurs et investisseurs qui s’apprêtaient ou venaient de lancer leurs projets ; ils se retrouvent de nos jours entre le marteau et l’enclume. Si certains d’entre eux gardent l’optimisme, d’autres par contre sont vraiment inquiets par rapport à l’avenir de leurs projets et veulent même prendre un autre virage.

+Al Massae+ rapporte que les tests Covid-19 des salariés du privé ne seront pas gratuits. Ce sont les entreprises qui prendront en charge les frais de ces tests après les hautes instructions royales de déployer une opération de dépistage massif des travailleurs du secteur privé en vue d’une reprise de l’activité économique au Maroc.

Il est ainsi proposé aux entreprises un panel de tests de dépistage comprenant le diagnostic de référence par PCR à 500 Dh par collaborateur, ainsi que la sérologie à titre complémentaire, au prix de 100 Dh par collaborateur, précise le quotidien.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut