International › APA

COP27 en Egypte : l’Onu s’inquiète de la situation des droits de l’homme

Pas d'image

L’Egypte invité à garantir la sécurité et la pleine participation de toutes les composantes de la société civile à la Conférence des Parties (COP27) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en novembre, selon les experts des droits de l’homme des Nations Unies.Après des restrictions gouvernementales, plusieurs membres de la société civile craignent des représailles contre leurs militants. Cette crainte fait suite à des années de répression persistante et soutenue de la société civile et des défenseurs des droits de l’homme par le gouvernement égyptien. Le régime du Caire utilise la sécurité comme prétexte pour porter atteinte aux droits légitimes de la société civile à participer aux affaires publiques en Égypte, selon la société civile.

« Les arrestations et les détentions, les gels et les dissolutions d’actifs d’ONG et les restrictions de voyage à l’encontre des défenseurs des droits de l’homme ont créé un climat de peur pour les organisations de la société civile égyptienne qui souhaitent s’engager de manière visible lors de la COP27 », ont déclaré les experts.

Ils rappellent que les ONG égyptiennes ont déjà fait l’objet de harcèlement, d’intimidation et de représailles pour avoir coopéré avec les Nations unies.

Le manque d’informations et de critères d’accréditation transparents pour les ONG égyptiennes, l’augmentation coordonnée des tarifs des chambres d’hôtel, les restrictions excessives à la liberté de réunion pacifique en dehors du lieu de la COP27 et les retards injustifiés dans la délivrance de visas aux personnes voyageant depuis l’étranger sont les principales préoccupations des militants de la société civile, ont indiqué les experts.

La société civile joue un rôle essentiel dans l’avancement de l’action climatique, et les experts ont souligné que l’Egypte devait garantir une participation sûre et significative à la COP27, notamment pour la société civile indépendante.

« Au lieu de limiter davantage leurs droits, les acteurs de la société civile et les défenseurs des droits de l’homme, y compris ceux qui travaillent sur les droits climatiques, doivent avoir la possibilité de faire connaître leurs points de vue et leurs besoins de protection », ont déclaré les experts. « Nous sommes fermement convaincus que la COP27, organisée par les Nations unies, doit faire respecter le droit du public à participer à la conduite des affaires publiques, tel que reconnu par l’Egypte ».

Les experts ont exprimé leur soutien aux appels lancés par la société civile pour que le secrétariat de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) élabore des critères relatifs aux droits de l’homme que les pays accueillant les futures COP devront s’engager à respecter dans le cadre de l’accord d’accueil.

La COP27 se tiendra à Sharm el Sheikh du 6 au 18 novembre. Les experts sont en dialogue avec le gouvernement égyptien et le secrétariat de la CCNUCC sur cette question.


Commentaire

Bon plan
Publié le 04.07.2022

A la découverte du parc national de Monte Alén 

Le parc national de Monte Alén est situé dans la chaîne de montagnes Niefang, dans la région continentale de la Guinée équatoriale. Sa surface est d'environ 1…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut