International › APA

La Tanzanie interdit l’abattage des ânes

Le but de cette mesure est de prévenir le risque d’extinction de l’animal.Dans un discours budgétaire devant le Parlement, Mashimba Mashauri Ndakithe, le ministre tanzanien de l’élevage a déclaré que le rythme auquel les ânes sont abattus constitue une menace pour leur existence à long terme.

Il a conseillé aux investisseurs dans le commerce des ânes de se tourner vers d’autres animaux d’élevage et de donner aux ânes une nouvelle vie.

La population actuelle d’ânes en Tanzanie est estimée à 650.000.

L’interdiction a été saluée par les groupes de défense des animaux, qui y voient une rare victoire dans la campagne contre les risques pour l’existence des animaux.

« Ce n’est pas souvent que nous avons de bonnes nouvelles à partager concernant le commerce de la peau d’âne, mais il s’agit d’une victoire majeure, a déclaré Ian Cawsey, Directeur de la politique, du plaidoyer et des campagnes au Donkey Sanctuary.

« Le rejet de l’abattage des ânes par la Tanzanie ajoute une voix puissante au nombre croissant de pays qui déclarent que leurs ânes ne sont pas destinés à l’abattage. Cela signifie que les 650 000 ânes d’un pays, qui soutiennent des millions d’autres personnes, ne risqueront plus d’être abattus pour leur peau.

« Depuis 2016, The Donkey Sanctuary travaille avec des organisations partenaires en Tanzanie, en Afrique de l’Est, pour aider les communautés à protéger leurs ânes contre le vol pour le commerce et aussi pour exposer les problèmes vraiment horribles de bien-être animal autour de leur abattage – certains des pires cas que nous ayons jamais vus », a-t-il déclaré.

La position de la Tanzanie contre ce commerce reflète les mesures prises par le Kenya, le Nigeria et un certain nombre de pays d’Afrique occidentale pour interdire l’abattage des ânes pour leur peau.

Le Nigeria est allé jusqu’à déclarer ses ânes comme une espèce en voie de disparition en raison de leur abattage.

Un rapport du Donkey Sanctuary publié en mai 2022 a mis en lumière les preuves croissantes de l’implication de criminels dans le commerce de la peau d’âne, les commerçants en ligne vendant des peaux d’âne aux côtés d’articles de la faune sauvage tels que l’ivoire, la corne de rhinocéros et les drogues.

M. Cawsey espère que d’autres pays africains, dont l’Afrique du Sud, le Botswana et l’Egypte, qui autorisent la poursuite de ce commerce, reconsidéreront leur soutien à l’abattage des ânes et prendront des mesures similaires pour protéger leurs populations nationales d’ânes.


Commentaire

Bon plan
Publié le 04.07.2022

A la découverte du parc national de Monte Alén 

Le parc national de Monte Alén est situé dans la chaîne de montagnes Niefang, dans la région continentale de la Guinée équatoriale. Sa surface est d'environ 1…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut