International › APA

Soudan : vers une décrispation de la tension sociopolitique ?

Le chef de la junte militaire soudanaise a annoncé la fin de l’état d’urgence qu’il avait instauré depuis plus de sept mois suite à son putsch.Le début de l’apaisement ? Alors que la situation sociopolitique est en ébullition au Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhane « a émis un décret levant l’état d’urgence dans tout le pays ». Il s’agit d’une main tendue « pour créer l’atmosphère nécessaire à un dialogue fructueux et significatif pour la stabilité durant la période de transition », a expliqué dimanche, dans un communiqué, le Conseil dont il est à la tête.

Depuis son coup d’État du 25 octobre, le général Burhane fait face à une forte résistance de la population. La répression a déjà fait une centaine de morts dans les rangs des manifestants pro-démocratie et des centaines d’arrestations. La situation économique du pays, l’un des plus pauvres au monde, est au bord de l’effondrement sur fond de sanctions de la communauté internationale. Celle-ci fait du retour des civils au pouvoir la condition sine qua non pour la reprise de son aide.

Mis en place en 2019, un gouvernement de transition était censé mener le pays vers ses premières élections démocratiques après trente années de dictature d’Omar el-Béchir, déposé par l’armée sous la pression de la rue. Mais cette transition a été interrompue quelques mois plus tard par al-Burhane. Il fait arrêter ses partenaires civils, limoge le gouvernement de transition et impose l’état d’urgence. Sous le feu des critiques depuis lors, le chef militaire appelle au dialogue même s’il est encore seul à la table des négociations.

Par ailleurs, la levée de la mesure d’état d’urgence intervient alors que s’ouvrait, à Khartoum, le procès de quatre manifestants, dont une icône de la contestation. Ils sont détenus depuis quatre mois pour la mort d’un général de police. Des centaines de Soudanais brandissaient leurs portraits devant la salle d’audience, selon l’AFP.

Ce procès est emblématique dans le pays où la police n’a annoncé que deux morts dans ses rangs, dont ce général de police poignardé à mort selon elle dans le chaos de la dispersion en janvier d’une des nombreuses manifestations anti-putsch. « Ce procès n’est pas seulement celui de quatre révolutionnaires, c’est celui de la révolution », a écrit le comité populaire du remuant quartier de Bourri à Khartoum, appelant à « ne pas laisser les forces contre-révolutionnaires reprendre le contrôle de l’État quoi qu’il en coûte ».


Commentaire

Bon plan
Publié le 04.07.2022

A la découverte du parc national de Monte Alén 

Le parc national de Monte Alén est situé dans la chaîne de montagnes Niefang, dans la région continentale de la Guinée équatoriale. Sa surface est d'environ 1…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut