International › APA

La politique, sujet dominant dans la presse sénégalaise

Les journaux sénégalais, reçus mercredi à APA, traitent essentiellement des histoires qui écornent l’image de l’Assemblée nationale et de la parution d’un livre-hommage à Bruno Diatta.Ces temps-ci, une affaire de faux passeports, dans laquelle sont cités deux députés, défraie la chronique. Et ce n’est pas la première fois qu’un parlementaire a maille à partir avec la justice. Dans ce contexte, WalfQuotidien se fait l’écho du « silence troublant de (Moustapha) Niasse », le président de l’Assemblée nationale.

Sous le titre « Niasse, le plus dur pour la fin », L’Observateur affirme que le fondateur de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP, mouvance présidentielle) est « aujourd’hui contraint de s’employer de toutes ses forces pour aider à tirer au clair cette affaire » avant la fin de son mandat en juillet 2022.

En tout cas, les « avis (sont) divergents entre les politiques et la société civile » sur le « remède » qui serait efficace contre les « scandales à répétition dans l’hémicycle ». S’exprimant dans Sud Quotidien, El Malick Ndoye des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef, opposition) considère que « tout découle du mode d’élection des députés » là où Valdiodio Ndiaye de la société civile estime qu’il faut « prendre des mesures radicales » notamment la révocation.  

De son côté, le collectif Noo Lank (Nous refusons, en langue wolof) soutient dans Vox Populi que le trafic de passeports diplomatiques et de visas est « un marché qui vaut de l’or pour les autorités publiques » puisqu’il est estimé à « 72 milliards F CFA » par an.

Sur un tout autre sujet, Le Soleil annonce la publication d’un livre sur Bruno Diatta, « l’emblème de la République ». Le quotidien national informe que l’ouvrage a été présenté, hier mardi, à l’occasion du « troisième anniversaire du décès de l’ancien chef du Service du protocole présidentiel ».

Au cours de cette cérémonie, rapporte Le Témoin, Abdoulaye Diop, le ministre de la Culture, a souligné que le livre « raconte l’homme » avec « des témoignages poignants ». Prenant part à la rencontre, le Cardinal Théodore Adrien Sarr, ancien Archevêque de Dakar, a déclaré dans L’AS que « la jeune génération doit apprendre de (Bruno Diatta) la rigueur, la méthode dans le travail et l’engagement à servir » la nation.

Citée par Le Quotidien, Guylaine Diatta Gomis, la fille de celui qui a été au service des quatre présidents du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et Macky Sall, a déclaré que « la Fondation Bruno Diatta (est) en cours de création » pour « pérenniser » l’œuvre de ce monument.


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut