International › APA

L’Afrique subsaharienne, théâtre de la plus faible croissance en 2021 (FMI)

En raison de son intérêt, nous reproduisons cet article de notre partenaire financialafrik.com(Financialafrik.com)- Amputée de son Nord comme c’est le cas dans tous les rapports des institutions de Bretton Wood, l’Afrique subsaharienne sera la région du monde qui affichera la plus faible croissance en 2021. C’est ce qu’indique le dernier rapport du FMI, paru en avril 2021 avec, il faut le dire, un pessimisme toujours de mise mais, l’on s’en félicite, atténué par rapport à l’alarmisme d’octobre 2020 de ladite organisation.

Selon le FMI, entre la bordure sud du Sahara et le Cap, la contraction du PIB a été de 1,9% en 2020, nettement mieux que les -3% prédits en octobre. Mais c’est le pire résultat jamais observé par la région.

L’emploi a reculé d’environ 81⁄2 % en 2020, plus de 32 millions de personnes ont basculé dans l’extrême pauvreté, et les perturbations de l’éducation ont nui aux perspectives d’une génération d’élèves.

En 2021 cependant, la région enregistrera une croissance de 3,4 % (contre une prévision de 3,1 % en octobre) sous l’impulsion d’une augmentation des exportations et des cours de matières premières.  Dans le même temps, la croissance mondiale sera de 6% sous l’effet de la progression des campagnes de vaccination.

À ce propos, l’Afrique subsaharienne est à la traîne et ne devra pas arriver au point théorique de l’immunisation collective (vaccination d’au moins 60% de la population) avant 2023.

Une lenteur préjudiciable à l’économie mais qu’explique le voit d’accès aux vaccins. « Pour la plupart des pays, le coût de la vaccination de 60 % de la population sera élevé : il représentera une hausse des dé- penses de santé existantes pouvant aller jusqu’à 50 % », explique le FMI.

Dans ce contexte, indique la clé de voûte des institutions monétaires internationales, “ce n’est qu’après 2022 que la production par habitant devrait retrouver les niveaux de 2019. Dans bon nombre de pays, le revenu par habitant ne renouera pas avec les niveaux antérieurs à la crise avant 2025”.

En dépit d’un impact sanitaire moins important que dans le reste du monde, la terre que le philosophe Hegel plaçait hors de l’histoire enregistre l’impact économique le plus élevé en relation avec la Covid-19. « Les pertes de production cumulées imputables à la pandémie représenteront près de 12 % du PIB en 2020–21 », estime le FMI qui craint une situation sanitaire avec des épisodes de la maladie à coronavirus (COVID-19) à répétition avant que des vaccins ne deviennent accessibles à tous.

Autres facteurs d’incertitude pointés par le rapport, l’accès à des financements extérieurs (officiels et privés), l’instabilité politique et de nouveaux chocs climatiques, par exemple des inondations ou des sécheresses.

En dépit de cette situation difficile pour l’Afrique Subsaharienne, le FMI recommande qu’à terme, il faudra assainir les finances publiques. Dans le contexte d’un espace budgétaire restreint, les déficits dans la région devraient dimi-nuer d’un peu plus de 11⁄2 % du PIB en 2021, ce qui ramènera la dette moyenne à environ 56 % du PIB.

En tout, 17 pays connaissaient une situation de surendettement ou présentaient un risque élevé de surendettement en 2020, soit un de plus qu’avant la crise. Ce nombre  englobe  plusieurs pays de petite taille ou fragiles et représentent environ un quart du PIB de la région, ou 17 % de l’encours de sa dette. Ces ratios, relativement modérés comparés au reste du monde, donnent raison à l’économiste béninois Lionel Zinsou qui déclarait joliment la semaine dernière qu’il ne faut pas que quelques arbres cachent la forêt tropicale.

Dans ses recommandations, le FMI plaide l’élargissement de l’assiette fiscale (corde sensible en raison du coût social ) enrobé sous la formule neutre de “mobilisation des ressources intérieures”. Restera toujours aux dirigeants, attentifs à un contexte politique tendu en général, le recours à l’endettement extérieur. Les écarts de rendement observés sur les obligations souveraines en Afrique subsaharienne, qui avaient atteint des niveaux records en avril, se sont resserrés d’environ 700 points de base dans le courant de l’année 2020, ce qui en soi est un signe que les sévères prévisions émises sur l’Afrique au printemps dernier ont été battues en brèche par, on ne le dira jamais assez, une réalité  beaucoup moins sévère que la perception et les taux de rémunération du risque associés.

Sur ce point de la dette, l’initiative de suspension du service de la dette du Groupe des Vingt (G20) a apporté un précieux soutien à la liquidité, à savoir une aide de 1,8 milliard de dollars entre juin et décembre 2020 et une économie poten- tielle de 4,8 milliards de dollars entre janvier et juin 2021. À ce processus, il faudra ajouter (le rapport du FMI ne le mentionne pas car certainement bouclé avant) l’initiative récente de l’émission de DTS (Droits de Tirage Spéciaux ) du FMI avec une plage d’incidence entre 33 et 100 milliards de dollars, soit 1,5 et 4 % de croissance du PIB. Est ce à dire que les perspectives du rapport du FMI sont  à réviser à la hausse ?


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut