International › APA

Réflexions à Abidjan sur un système d’alerte précoce face aux inondations et sécheresses dans le Bassin de la Volta

Les États membres de l’Autorité du Bassin de la Volta, regroupant six pays ouest-africains, notamment le Burkina, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont développé à Abidjan un système d’alerte précoce face aux inondations et sécheresses extrêmes dues au changement climatique.Au cours d’un atelier, tenu les 28 et 29 septembre 2020 à Abidjan, les membres de l’Autorité du Bassin de la Volta, ont décidé de mettre en place des cartes de risques et un système d’alerte précoce pour prévenir les inondations et sécheresses extrêmes. 

Les États ayant en commun le Bassin de la Volta ressentent fortement les effets du changement climatique qui ont entraîné ces dix dernières années des inondations et des sécheresses extrêmes, un phénomène qui est de plus en plus récurrent.

Selon le colonel-major Baptiste Ehoussou, directeur général des ressources en eaux de la Côte d’Ivoire, il s’agira de façon pratique de « matérialiser les zones inondables dans les bassins, notamment les zones exposées à des flux d’eaux » afin de cerner les différents risques. 

En outre, les pays devront établir une carte des risques qui devra permettre d’envisager la mise en place d’infrastructures et de moyens technologiques pour pouvoir lutter efficacement contre les montées des eaux et la sécheresse. 

En côte d’Ivoire, le Bassin de la Volta se situe dans le Nord-est du pays, qui dispose de 11 bassins fluviaux dont sept sont en partage avec les États voisins. A l’intérieur du territoire ivoirien, l’on dénombre quatre bassins. 

Albert Goula Bi Tié, directeur de la protection de l’aménagement des ressources en eau de la Côte d’Ivoire, a fait savoir que les villes de Bondoukou et de Bouna, respectivement dans les régions du Gontougo (Est) et du Bounkani (Nord), feront l’objet d’un projet pilote.

Ces  régions en Côte d’Ivoire connaissent des inondations en certaines périodes. Les autres États de l’Autorité du Bassin de la Volta, devront également cibler des zones inondables ou touchées par des sécheresses extrêmes afin de mettre en place un plan global à soumettre aux partenaires au développement. 

Le directeur exécutif adjoint de l’Autorité du Bassin de la Volta, Millogo Dibi, a souligné que depuis les années 70, le Basin de la Volta subit des effets des changements climatiques. En Côte d’Ivoire, la Marahoué est sortie de son lit en 2019 et 2020.

Le Bassin de la Volta comprend six pays, le Togo, le Bénin,  la Côte d’Ivoire, le Mali, le Ghana et  le Burkina Faso. Ce projet devrait permettre à ces États d’intégrer le phénomène des inondations et des sécheresses dans la gestion du changement climatique afin de prévenir les populations et sécuriser leurs vies ainsi que leurs biens. 


Commentaire

Bon plan
Publié le 05.04.2019

HOLGING

Immergée dans une vaste extension de paysages vierges terrestres et marins, d’une structure de base développée et d'un climat attrayant, la Guinée Equatoriale pourrait devenir…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut